Depuis la création du Mouvement réformateur (regroupant l'ancien PRL, les FDF et le MCC), seul le MR bénéficiait de la dotation publique, dont il rétrocédait ensuite une part, aux termes d'une convention interne, aux FDF auxquels les libéraux étaient associés. Cette alliance a pris fin à la suite de l'accord sur la réforme de l'Etat, auquel les FDF ont refusé de souscrire.

Cette part correspondait globalement à l'apport électoral des FDF à la liste réformatrice.

Les FDF avaient estimé devoir bénéficier de leur part jusqu'à la fin de la législature. En l'absence d'accord avec la MR, ils avaient saisi le tribunal l'an dernier.

Depuis la création du Mouvement réformateur (regroupant l'ancien PRL, les FDF et le MCC), seul le MR bénéficiait de la dotation publique, dont il rétrocédait ensuite une part, aux termes d'une convention interne, aux FDF auxquels les libéraux étaient associés. Cette alliance a pris fin à la suite de l'accord sur la réforme de l'Etat, auquel les FDF ont refusé de souscrire. Cette part correspondait globalement à l'apport électoral des FDF à la liste réformatrice. Les FDF avaient estimé devoir bénéficier de leur part jusqu'à la fin de la législature. En l'absence d'accord avec la MR, ils avaient saisi le tribunal l'an dernier.