Depuis le retrait du cdH, la perspective d'une nouvelle coalition Olivier (PS, Ecolo, cdH), qui avait les faveurs des pronostics, s'est refermée. Les discussions entre le PS et le PTB ont tourné court. Pour former une coalition qui dispose d'une majorité au parlement wallon, il ne reste donc aux socialistes et aux écologistes que la possibilité d'une alliance avec le MR, en sachant que dans ce cas, les Verts ne seraient plus nécessaires arithmétiquement. Jusqu'à présent, cette perspective n'enchante ni le PS, ni Ecolo. Le co-président des Verts, Jean-Marc Nollet, a donc proposé lundi la constitution d'un gouvernement minoritaire "coquelicot", rassemblant socialistes et écologistes ainsi que des personnalités de la société civile. Il estime qu'un soutien extérieur du cdH est possible, au vu de déclarations récentes du président des centristes, Maxime Prévot, et de la ministre de l'Enseignement, Marie-Martine Schyns. Les libéraux insistent, eux, sur la nécessité d'une majorité au parlement pour mener un projet de gouvernement. "La Wallonie a besoin d'un projet sérieux et ambitieux qui s'inscrit dans une majorité au parlement", a souligné sur Twitter la ministre sortante des Affaires intérieures, Valérie De Bue. "Sérieux, sens des responsabilités et ambition, voilà de quoi la Wallonie a besoin pour envisager un avenir à notre jeunesse. Pas de partir à l'aventure...", a dit par le même canal le ministre sortant de l'Economie, Pierre-Yves Jeholet. (Belga)