"Après de longues consultations avec des activistes partout dans le monde, nous avons décidé d'appeler à une grève mondiale pour le climat le 25 septembre", a déclaré Mme Neubauer, meneuse du mouvement des jeunes militants pour le climat en Allemagne. La décision n'a pas été facile, a-t-elle ajouté. Les formes exactes de la protestation doivent encore être discutées. "En raison de l'ignorance actuelle de la politique climatique, nous voulons clairement et nous devons redescendre dans les rues", a affirmé Luisa Neubauer, 24 ans. Depuis le début de la pandémie, le mouvement Fridays for Future, initié par la Suédoise Greta Thunberg, et ses nombreux membres se sont mobilisés en ligne. En septembre 2019, le mouvement avait poussé des milliers de jeunes partout dans le monde à des grèves scolaires pour le climat, une mobilisation sans précédent de la jeunesse, inquiète pour le futur de la planète. Des dizaines de milliers de jeunes Belges s'étaient joints à la protestation. D'autres manifestations de masse ont suivi, jusqu'à ce que les rassemblements soient interdits dans le but de contenir la propagation du nouveau coronavirus. Luisa Neubauer a souligné que les branches locales du mouvement prendraient en compte les risques d'infections et appliqueront des normes d'hygiène strictes lors de leurs manifestations en septembre. (Belga)

"Après de longues consultations avec des activistes partout dans le monde, nous avons décidé d'appeler à une grève mondiale pour le climat le 25 septembre", a déclaré Mme Neubauer, meneuse du mouvement des jeunes militants pour le climat en Allemagne. La décision n'a pas été facile, a-t-elle ajouté. Les formes exactes de la protestation doivent encore être discutées. "En raison de l'ignorance actuelle de la politique climatique, nous voulons clairement et nous devons redescendre dans les rues", a affirmé Luisa Neubauer, 24 ans. Depuis le début de la pandémie, le mouvement Fridays for Future, initié par la Suédoise Greta Thunberg, et ses nombreux membres se sont mobilisés en ligne. En septembre 2019, le mouvement avait poussé des milliers de jeunes partout dans le monde à des grèves scolaires pour le climat, une mobilisation sans précédent de la jeunesse, inquiète pour le futur de la planète. Des dizaines de milliers de jeunes Belges s'étaient joints à la protestation. D'autres manifestations de masse ont suivi, jusqu'à ce que les rassemblements soient interdits dans le but de contenir la propagation du nouveau coronavirus. Luisa Neubauer a souligné que les branches locales du mouvement prendraient en compte les risques d'infections et appliqueront des normes d'hygiène strictes lors de leurs manifestations en septembre. (Belga)