Plusieurs centaines de personnes défilaient dans le quartier du c?ur de Londres où se trouvent les bureaux et sièges de très nombreuses institutions financières du monde entier, au son de percussions. Les manifestants tenaient des pancartes avec des slogans tels que "pas d'avenir dans les carburants fossiles", ou "stop au financement du chaos climatique", ou encore "rien n'est impossible", ont constaté des journalistes de l'AFP. Le mouvement veut "souligner la complicité depuis des siècles du Royaume-Uni" avec l'extraction pétrolière et gazière, a-t-il tweeté. Des manifestants se sont arrêtés devant le bâtiment abritant les bureaux de la société de services financiers Maples et ont collé un poster où était écrit "Maples Group" et "bâti avec de l'argent qui vient de crimes de sang" ("built with blood money"). "Ici nous ciblons Maples qui utilise des paradis fiscaux et ne paie donc pas d'impôts", accuse une manifestante, Trina, 47 ans, ajoutant qu'il "y a beaucoup d'autres entreprises qui font pareil, banques, assureurs". Auparavant, le cortège a notamment lancé de la peinture rouge sur le bâtiment de la banque Standard Chartered et celui du siège des autorités de la City et a manifesté devant la Banque d'Angleterre. L'organisation pour la justice sociale Global Justice Now a dit soutenir les interventions d'Extinction Rebellion, assurant que cela "fait du bien de voir Extinction Rebellion mettre en lumière le rôle de la City dans le financement du chaos climatique". Dans un communiqué vendredi, l'organisation ajoute que "l'action directe est une tactique politique non violente légitime et une réponse modeste aux morts et à la destruction alimentée par la City". "Que cela soit le financement des carburants fossiles, l'utilisation de règles commerciales pour éliminer la protection de l'environnement, demander des remboursements de dettes qui empêchent les pays du sud d'investir dans l'adaptation au changement climatique, ces corporations et institutions financières sont une cause intrinsèque au changement climatique", insiste Global Justice Now. Le groupe écologiste Extinction Rebellion (XR) a donné lundi à Londres le coup d'envoi de deux semaines de manifestations et d'actions afin d'appeler les gouvernements à agir "d'urgence" contre le changement climatique. (Belga)

Plusieurs centaines de personnes défilaient dans le quartier du c?ur de Londres où se trouvent les bureaux et sièges de très nombreuses institutions financières du monde entier, au son de percussions. Les manifestants tenaient des pancartes avec des slogans tels que "pas d'avenir dans les carburants fossiles", ou "stop au financement du chaos climatique", ou encore "rien n'est impossible", ont constaté des journalistes de l'AFP. Le mouvement veut "souligner la complicité depuis des siècles du Royaume-Uni" avec l'extraction pétrolière et gazière, a-t-il tweeté. Des manifestants se sont arrêtés devant le bâtiment abritant les bureaux de la société de services financiers Maples et ont collé un poster où était écrit "Maples Group" et "bâti avec de l'argent qui vient de crimes de sang" ("built with blood money"). "Ici nous ciblons Maples qui utilise des paradis fiscaux et ne paie donc pas d'impôts", accuse une manifestante, Trina, 47 ans, ajoutant qu'il "y a beaucoup d'autres entreprises qui font pareil, banques, assureurs". Auparavant, le cortège a notamment lancé de la peinture rouge sur le bâtiment de la banque Standard Chartered et celui du siège des autorités de la City et a manifesté devant la Banque d'Angleterre. L'organisation pour la justice sociale Global Justice Now a dit soutenir les interventions d'Extinction Rebellion, assurant que cela "fait du bien de voir Extinction Rebellion mettre en lumière le rôle de la City dans le financement du chaos climatique". Dans un communiqué vendredi, l'organisation ajoute que "l'action directe est une tactique politique non violente légitime et une réponse modeste aux morts et à la destruction alimentée par la City". "Que cela soit le financement des carburants fossiles, l'utilisation de règles commerciales pour éliminer la protection de l'environnement, demander des remboursements de dettes qui empêchent les pays du sud d'investir dans l'adaptation au changement climatique, ces corporations et institutions financières sont une cause intrinsèque au changement climatique", insiste Global Justice Now. Le groupe écologiste Extinction Rebellion (XR) a donné lundi à Londres le coup d'envoi de deux semaines de manifestations et d'actions afin d'appeler les gouvernements à agir "d'urgence" contre le changement climatique. (Belga)