Dernièrement, le bouillonnant ministre, qui est également en charge des Infrastructures sportives et des Aéroports, avait une nouvelle fois été en butte avec son président de parti, mais aussi plusieurs députés MR, lors du passage au Parlement de sa réforme fiscale. "J'ai toujours eu des opinions à la marge, dans les matières climatiques, migratoires, énergétiques, fiscales. Jusqu'ici, c'était ma force. Mais désormais, cela met mon parti et la majorité gouvernementale parfois en difficultés", a commenté M. Crucke lors d'une conférence de presse, aux côtés de M. Bouchez. L'ancien bourgmestre de Frasnes-Lez-Anvaing (Hainaut), poids lourd durant plusieurs années de l'opposition MR au Parlement de Wallonie, était entré au gouvernement régional en 2017, à la faveur de l'éjection du PS par le nouveau duo MR-cdH. Il avait rempilé après les élections de 2019, dans l'équipe tricolore (PS-MR-Ecolo) menée par Elio Di Rupo (PS). Il fait partie de la frange la plus progressiste du MR. Son projet de décret pour "un impôt plus juste" avait fait vaciller le gouvernement wallon le mois dernier. On parlait alors déjà d'une possible démission, car le ministre avait été désavoué par son propre parti qui avait renvoyé son texte à l'arriéré. Visiblement dépité, Jean-Luc Crucke parlait alors ouvertement d'un "échec". Le texte visait à éviter les contournements de l'impôt sous différentes formes, mais allait entre autres toucher une classe moyenne chère au MR. Soutenu par les partenaires de majorité au sein du gouvernement, le projet de décret avait finalement fait son retour, amputé d'une disposition sur la rétroactivité en matière de donation manuelle. Il avait finalement été approuvé au Parlement, lors d'un vote "au nom de la stabilité gouvernementale", avait commenté sans enthousiasme le président du MR Georges-Louis Bouchez. La personne appelée à succéder à M. Crucke avant mercredi prochain au gouvernement wallon sera annoncée par le président du parti mardi matin, lors d'une conférence de presse au siège du MR, a d'ores et déjà annoncé M. Bouchez, tout en remerciant Jean-Luc Crucke. (Belga)

Dernièrement, le bouillonnant ministre, qui est également en charge des Infrastructures sportives et des Aéroports, avait une nouvelle fois été en butte avec son président de parti, mais aussi plusieurs députés MR, lors du passage au Parlement de sa réforme fiscale. "J'ai toujours eu des opinions à la marge, dans les matières climatiques, migratoires, énergétiques, fiscales. Jusqu'ici, c'était ma force. Mais désormais, cela met mon parti et la majorité gouvernementale parfois en difficultés", a commenté M. Crucke lors d'une conférence de presse, aux côtés de M. Bouchez. L'ancien bourgmestre de Frasnes-Lez-Anvaing (Hainaut), poids lourd durant plusieurs années de l'opposition MR au Parlement de Wallonie, était entré au gouvernement régional en 2017, à la faveur de l'éjection du PS par le nouveau duo MR-cdH. Il avait rempilé après les élections de 2019, dans l'équipe tricolore (PS-MR-Ecolo) menée par Elio Di Rupo (PS). Il fait partie de la frange la plus progressiste du MR. Son projet de décret pour "un impôt plus juste" avait fait vaciller le gouvernement wallon le mois dernier. On parlait alors déjà d'une possible démission, car le ministre avait été désavoué par son propre parti qui avait renvoyé son texte à l'arriéré. Visiblement dépité, Jean-Luc Crucke parlait alors ouvertement d'un "échec". Le texte visait à éviter les contournements de l'impôt sous différentes formes, mais allait entre autres toucher une classe moyenne chère au MR. Soutenu par les partenaires de majorité au sein du gouvernement, le projet de décret avait finalement fait son retour, amputé d'une disposition sur la rétroactivité en matière de donation manuelle. Il avait finalement été approuvé au Parlement, lors d'un vote "au nom de la stabilité gouvernementale", avait commenté sans enthousiasme le président du MR Georges-Louis Bouchez. La personne appelée à succéder à M. Crucke avant mercredi prochain au gouvernement wallon sera annoncée par le président du parti mardi matin, lors d'une conférence de presse au siège du MR, a d'ores et déjà annoncé M. Bouchez, tout en remerciant Jean-Luc Crucke. (Belga)