Après l'annonce mercredi, par le groupe de logistique Kuehne+Nagel, de la fermeture du site de Nivelles et du licenciement collectif de ses travailleurs, ces derniers ainsi que ceux du transporteur Supertransport se sont mis en grève. Les syndicats accusent notamment la direction d'avoir "saboté" l'outil nivellois en s'abstenant d'y investir, au profit des sites flamands de Kontich et Kampenhout où elle compterait relocaliser son activité wallonne. "Certaines portes restent ouvertes", a toutefois considéré M. Borsus (MR), sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi). Il évoque la possibilité d'une médiation externe pour remettre syndicats et direction autour de la table. Le ministre déplore le peu d'investissements réalisés ces dernières années par le groupe sur le site nivellois, mais aussi "une forme de radicalisme syndical" qui a selon lui dégradé le dialogue social, ce que réfute le front commun syndical. Pour M. Borsus, le groupe Carrefour pourrait "donner des signes". "Carrefour est très présent en Wallonie. Je n'imagine pas qu'il n'y ait même pas un centre de logistique qui reste présent en Wallonie, alors que beaucoup de ses concurrents en ont par ailleurs. Le gouvernement wallon est prêt, dès la semaine prochaine, à mobiliser tous les efforts", a commenté M. Borsus. (Belga)

Après l'annonce mercredi, par le groupe de logistique Kuehne+Nagel, de la fermeture du site de Nivelles et du licenciement collectif de ses travailleurs, ces derniers ainsi que ceux du transporteur Supertransport se sont mis en grève. Les syndicats accusent notamment la direction d'avoir "saboté" l'outil nivellois en s'abstenant d'y investir, au profit des sites flamands de Kontich et Kampenhout où elle compterait relocaliser son activité wallonne. "Certaines portes restent ouvertes", a toutefois considéré M. Borsus (MR), sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi). Il évoque la possibilité d'une médiation externe pour remettre syndicats et direction autour de la table. Le ministre déplore le peu d'investissements réalisés ces dernières années par le groupe sur le site nivellois, mais aussi "une forme de radicalisme syndical" qui a selon lui dégradé le dialogue social, ce que réfute le front commun syndical. Pour M. Borsus, le groupe Carrefour pourrait "donner des signes". "Carrefour est très présent en Wallonie. Je n'imagine pas qu'il n'y ait même pas un centre de logistique qui reste présent en Wallonie, alors que beaucoup de ses concurrents en ont par ailleurs. Le gouvernement wallon est prêt, dès la semaine prochaine, à mobiliser tous les efforts", a commenté M. Borsus. (Belga)