En tant que président du Collège du ministère public, le procureur-général liégeois va adresser lundi une circulaire à tous les parquets leur recommandant de se concentrer davantage sur une approche uniforme du trafic d'êtres humains. Il plaide pour une approche tournée vers le commerce, notamment en traquant les profits. "C'est bien entendu une bonne chose qu'un trafiquant soit derrière les barreaux plusieurs années. Mais de tels criminels conçoivent ces peines comme un accident de parcours, ils quittent ensuite notre pays et comptent leurs centaines de milliers d'euros de profit. Ils doivent être touchés là où ça fait mal: au portefeuille", estime-t-il. Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD & V), convient que l'accent doit davantage être mis sur le suivi de l'argent.

En tant que président du Collège du ministère public, le procureur-général liégeois va adresser lundi une circulaire à tous les parquets leur recommandant de se concentrer davantage sur une approche uniforme du trafic d'êtres humains. Il plaide pour une approche tournée vers le commerce, notamment en traquant les profits. "C'est bien entendu une bonne chose qu'un trafiquant soit derrière les barreaux plusieurs années. Mais de tels criminels conçoivent ces peines comme un accident de parcours, ils quittent ensuite notre pays et comptent leurs centaines de milliers d'euros de profit. Ils doivent être touchés là où ça fait mal: au portefeuille", estime-t-il. Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD & V), convient que l'accent doit davantage être mis sur le suivi de l'argent.