"En fin de compte, il faut dialoguer et s'assoir" autour d'une table de négociations, a-t-il indiqué dans un communiqué publié dans la nuit de mercredi à jeudi. Il s'exprimait peu avant une réunion sur la Libye prévue jeudi à New York en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. Le Conseil de sécurité de l'Onu a adopté mi-septembre à l'unanimité une résolution renouvelant pour un an, jusqu'au 15 septembre 2020, sa mission politique en Libye, en lui ajoutant le mandat de soutenir un "possible cessez-le-feu". Cet ajout avait été demandé par l'émissaire des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé, qui tente de relancer un processus politique pacifique. Ce dernier est compromis depuis le déclenchement début avril d'une offensive des troupes du maréchal Khalifa Haftar pour s'emparer de Tripoli. (Belga)