Les Pays-Bas avaient été en 2016, avec le Luxembourg, les instigateurs du programme MRTT, lancé par l'Agence européenne de Défense (AED) mais depuis lors géré par une agence de l'Otan. Il a permis l'achat en commun de huit Airbus A330 MRTT, qui seront exploités à partir de mai prochain par une flotte multinationale, la "MRTT Multinational Fleet" (MMF). Un avion équivaut à un millier d'heures, le chiffre retenu par la Belgique, qui a décidé d'investir 258 millions d'euros dans ce pool d'avions de transport et ravitailleurs en vol. "Le Luxembourg envisage d'étendre, d'ici la mi-2020, sa participation de 200 heures de vol annuelles (le quota partagé avec les 1.800 heures des Pays-Bas) à 1.200 heures, soit l'équivalent de 1,1 A330 MRTT", a indiqué samedi le cabinet du vice-Premier ministre et ministre de la Défense, François Bausch, à l'agence Belga. Le gouvernement luxembourgeois a présenté en décembre dernier un projet d'amendement de la loi du 5 juillet 2016 sur la participation du Grand-Duché aux programmes multinationaux destinés à combler des lacunes dans les capacités militaires de l'Union européenne et de l'Otan. (Belga)

Les Pays-Bas avaient été en 2016, avec le Luxembourg, les instigateurs du programme MRTT, lancé par l'Agence européenne de Défense (AED) mais depuis lors géré par une agence de l'Otan. Il a permis l'achat en commun de huit Airbus A330 MRTT, qui seront exploités à partir de mai prochain par une flotte multinationale, la "MRTT Multinational Fleet" (MMF). Un avion équivaut à un millier d'heures, le chiffre retenu par la Belgique, qui a décidé d'investir 258 millions d'euros dans ce pool d'avions de transport et ravitailleurs en vol. "Le Luxembourg envisage d'étendre, d'ici la mi-2020, sa participation de 200 heures de vol annuelles (le quota partagé avec les 1.800 heures des Pays-Bas) à 1.200 heures, soit l'équivalent de 1,1 A330 MRTT", a indiqué samedi le cabinet du vice-Premier ministre et ministre de la Défense, François Bausch, à l'agence Belga. Le gouvernement luxembourgeois a présenté en décembre dernier un projet d'amendement de la loi du 5 juillet 2016 sur la participation du Grand-Duché aux programmes multinationaux destinés à combler des lacunes dans les capacités militaires de l'Union européenne et de l'Otan. (Belga)