La NRA et une de ses filiales ont ouvert une procédure dite de "chapitre 11" devant un tribunal des faillites du Texas, afin d'assurer son avenir "libre de l'environnement politique toxique de New York", a écrit son influent patron Wayne LaPierre dans un courrier à ses adhérents. L'Etat de New York avait porté plainte en août contre la NRA, M. LaPierre et trois autres hauts responsables, accusés d'avoir utilisé les contributions de leurs adhérents comme "leur propre tirelire". La procureure générale de New York, la démocrate Letitia James avait nié toute motivation politique, tout en reconnaissant que cette plainte pourrait conduire à la dissolution de la NRA. Depuis des décennies, le lobby défend les vues de millions de propriétaires d'armes à feu aux Etats-Unis, en s'opposant farouchement à toute régulation du marché des armes. Son influence est considérable et l'organisation ne lésine pas sur les moyens pour soutenir les candidats défendant les mêmes positions lors des élections locales et nationales. Aux Etats-Unis, se placer sous le chapitre 11 entraîne la suspension des poursuites et empêche les créanciers d'agir pour obtenir le paiement de leurs créances. "Aucun changement majeur des opérations et dans le personnel ne sont prévus", a assuré Wayne LaPierre. "La NRA n'est pas en faillite, n'arrête pas ses activités et n'est pas insolvable, a-t-il poursuivi. (Belga)

La NRA et une de ses filiales ont ouvert une procédure dite de "chapitre 11" devant un tribunal des faillites du Texas, afin d'assurer son avenir "libre de l'environnement politique toxique de New York", a écrit son influent patron Wayne LaPierre dans un courrier à ses adhérents. L'Etat de New York avait porté plainte en août contre la NRA, M. LaPierre et trois autres hauts responsables, accusés d'avoir utilisé les contributions de leurs adhérents comme "leur propre tirelire". La procureure générale de New York, la démocrate Letitia James avait nié toute motivation politique, tout en reconnaissant que cette plainte pourrait conduire à la dissolution de la NRA. Depuis des décennies, le lobby défend les vues de millions de propriétaires d'armes à feu aux Etats-Unis, en s'opposant farouchement à toute régulation du marché des armes. Son influence est considérable et l'organisation ne lésine pas sur les moyens pour soutenir les candidats défendant les mêmes positions lors des élections locales et nationales. Aux Etats-Unis, se placer sous le chapitre 11 entraîne la suspension des poursuites et empêche les créanciers d'agir pour obtenir le paiement de leurs créances. "Aucun changement majeur des opérations et dans le personnel ne sont prévus", a assuré Wayne LaPierre. "La NRA n'est pas en faillite, n'arrête pas ses activités et n'est pas insolvable, a-t-il poursuivi. (Belga)