Les frères Borlée, qui sont aujourd'hui passés membres de la Vlaamse Athletiek Liga (VAL), demandent au tribunal d'enjoindre leur ancienne ligue à leur verser des primes qui s'élèvent, d'après Le Soir, à un montant total de 84.000 euros. Il s'agit, a expliqué Me d'Oultremont à L'Echo vendredi, de primes qui ont été versées à La Ligue royale belge d'athlétisme (LRBA) par World Athletics, la fédération internationale d'athlétisme, pour des courses en équipes gagnées par la Belgique. La LRBA a reversé ensuite ces montants aux deux ligues régionales, la LBFA et la VAL, qui elles-mêmes sont censées les répartir entre les athlètes concernés. C'est là que les avis divergent. La LBFA a considéré qu'elle n'avait pas à reverser ces primes aux frères Borlée, compte tenu du fait qu'ils étaient sous contrat de travail avec elle et percevaient un salaire. Cette position n'est pas partagée par la VAL. (Belga)

Les frères Borlée, qui sont aujourd'hui passés membres de la Vlaamse Athletiek Liga (VAL), demandent au tribunal d'enjoindre leur ancienne ligue à leur verser des primes qui s'élèvent, d'après Le Soir, à un montant total de 84.000 euros. Il s'agit, a expliqué Me d'Oultremont à L'Echo vendredi, de primes qui ont été versées à La Ligue royale belge d'athlétisme (LRBA) par World Athletics, la fédération internationale d'athlétisme, pour des courses en équipes gagnées par la Belgique. La LRBA a reversé ensuite ces montants aux deux ligues régionales, la LBFA et la VAL, qui elles-mêmes sont censées les répartir entre les athlètes concernés. C'est là que les avis divergent. La LBFA a considéré qu'elle n'avait pas à reverser ces primes aux frères Borlée, compte tenu du fait qu'ils étaient sous contrat de travail avec elle et percevaient un salaire. Cette position n'est pas partagée par la VAL. (Belga)