"La marginalisation de Bolton et son renvoi ne sont pas un accident, mais un signe clair de la défaite de la stratégie de pression maximale de l'Amérique" contre l'Iran, a tweeté Hesameddin Ashena, un conseiller du président iranien Hassan Rohani. "N'ayez aucun doute (sur le fait) que nous avons le pouvoir de gérer l'approche américaine à l'égard de l'Iran et que nous ne reculerons jamais. Le blocus de l'Iran sera brisé", a dit ce conseiller. La décision du président Trump qui porte sur l'un des postes les plus influents de la Maison Blanche, intervient dans un climat particulièrement tendu entre les Etats-Unis et l'Iran. M. Trump a envoyé sur ce dossier des signaux contradictoires, entre extrême fermeté et volonté de négocier, voire même de rencontrer son homologue iranien Hassan Rohani. Le président américain a eu une série de désaccords avec son conseiller sur l'Iran qui a été soumis à des sanctions américaines paralysant depuis l'année dernière son économie. Ces sanctions ont été imposées après que les Etats-Unis se sont retirés unilatéralement de l'accord nucléaire de 2015 qui a accordé à l'Iran un allègement des sanctions en échange de restrictions sur son programme nucléaire. (Belga)