"Je pense que quiconque examine l'affaire de manière objective comprendra que, si l'Allemagne accède à ma demande, il ne s'agit pas d'un acte hostile à l'encontre des Etats-Unis", a déclaré M. Snowden au journal Die Welt. L'ancien officier des services de renseignements, qui avait fourni en 2013 aux journalistes des documents secrets de la National Security Agency (NSA) et de son équivalent britannique, la GCHQ, a obtenu l'asile en Russie jusqu'en 2020. Il estime "toujours plus probable" qu'il puisse un jour revenir, a-t-il confié à Der Spiegel. Edward Snowden a accordé plusieurs interviews en prélude à la publication de ses mémoires intitulées "Permanent record" la semaine prochaine. "Nous assistons à une nouvelle montée de l'autoritarisme, qui va de pair avec de nouvelles méthodes d'observation des personnes. C'est une évolution dangereuse", a-t-il averti lors d'un entretien avec le Süddeutsche Zeitung. "Partout dans le monde, les politiciens et les entrepreneurs ont compris qu'ils pouvaient se servir de la technologie pour influencer le monde", a-t-il par ailleurs déclaré à Der Spiegel. (Belga)