"Le lancement de la fusée Soyouz-2.1a (...) avec 38 satellites étrangers à son bord depuis le cosmodrome de Baïkonour a été reporté à une date de réserve", a indiqué Roskosmos dans un communiqué, sans précision sur les motifs de cette décision. La fusée doit désormais être lancée dimanche à 06h07 GMT (07h07 heure belge), selon la même source. Selon le chef de Roskosmos, Dmitri Rogozine, le report a été ordonné en raison d'une "surtension" détectée avant le lancement. "Nous avons décidé de ne pas prendre le risque", a-t-il déclaré à l'agence de presse publique RIA Novosti. La fusée doit mettre sur orbite 38 satellites en provenance de 18 pays étrangers, notamment la Corée du Sud, le Japon, le Canada, l'Arabie saoudite, l'Allemagne, l'Italie ou encore le Brésil. Parmi ces appareils figure également le satellite Challenge-1, le premier satellite fabriqué à 100% en Tunisie, créé par le groupe de télécommunications Telnet. (Belga)

"Le lancement de la fusée Soyouz-2.1a (...) avec 38 satellites étrangers à son bord depuis le cosmodrome de Baïkonour a été reporté à une date de réserve", a indiqué Roskosmos dans un communiqué, sans précision sur les motifs de cette décision. La fusée doit désormais être lancée dimanche à 06h07 GMT (07h07 heure belge), selon la même source. Selon le chef de Roskosmos, Dmitri Rogozine, le report a été ordonné en raison d'une "surtension" détectée avant le lancement. "Nous avons décidé de ne pas prendre le risque", a-t-il déclaré à l'agence de presse publique RIA Novosti. La fusée doit mettre sur orbite 38 satellites en provenance de 18 pays étrangers, notamment la Corée du Sud, le Japon, le Canada, l'Arabie saoudite, l'Allemagne, l'Italie ou encore le Brésil. Parmi ces appareils figure également le satellite Challenge-1, le premier satellite fabriqué à 100% en Tunisie, créé par le groupe de télécommunications Telnet. (Belga)