L'idée de ce nouveau label, qui fait suite à plusieurs années de discussions avec les partenaires flamands, "est de faire quelque chose de belge. D'autant qu'il y a un risque d'assouplissement à l'avenir du label bio", explique Dominique Jacques, le président de l'Unab, qui rappelle que le label "Biogarantie", précurseur, a vu le jour il y a une trentaine d'années déjà.

Le cahier des charges de "Biogarantie Made in Belgium" va au-delà des exigences requises par la législation européenne en matière de produits biologiques et inclut trois nouvelles spécifications: le caractère local d'un produit, la traçabilité et un prix rémunérateur pour le producteur, souligne-t-on.

Ce nouveau label, particulièrement exigeant donc, fera son apparition sur des produits vendus au sud du pays dans les prochains mois alors qu'il a récemment été lancé en Flandre.