Le Kremlin était interrogé après les révélations du quotidien Washington Post concernant des rencontres entre l'ancien sénateur qui avait conseillé pendant la campagne Donald Trump notamment sur la politique étrangère et l'ambassadeur à Washington, Sergueï Kisliak. Désormais ministre de la Justice, M. Sessions est sous le feu de critiques démocrates parce qu'il avait déclaré sous serment devant le Sénat, lors de son audition en janvier pour être confirmé dans ses fonctions, qu'il n'avait "pas de contacts avec les Russes". "Je ne suis pas au courant d'éventuelles rencontres, je ne sais pas si elles ont eu lieu et, si oui, quel était leur contenu", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "C'est le travail de l'ambassadeur d'avoir le plus de rencontres possible, y compris avec des représentants du pouvoir exécutif et législatif du pays" où il est affecté, a précisé M. Peskov. Pour sa part, l'ambassade de Russie aux Etats-Unis a indiqué "ne pas commenter ses contacts nombreux avec des partenaires locaux, effectués quotidiennement selon la pratique diplomatique", dans une déclaration mise à disposition de l'AFP. Dans un communiqué, Jeff Sessions a affirmé qu'il n'avait "jamais rencontré un responsable russe pour discuter de la campagne" présidentielle. (Belga)

Le Kremlin était interrogé après les révélations du quotidien Washington Post concernant des rencontres entre l'ancien sénateur qui avait conseillé pendant la campagne Donald Trump notamment sur la politique étrangère et l'ambassadeur à Washington, Sergueï Kisliak. Désormais ministre de la Justice, M. Sessions est sous le feu de critiques démocrates parce qu'il avait déclaré sous serment devant le Sénat, lors de son audition en janvier pour être confirmé dans ses fonctions, qu'il n'avait "pas de contacts avec les Russes". "Je ne suis pas au courant d'éventuelles rencontres, je ne sais pas si elles ont eu lieu et, si oui, quel était leur contenu", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "C'est le travail de l'ambassadeur d'avoir le plus de rencontres possible, y compris avec des représentants du pouvoir exécutif et législatif du pays" où il est affecté, a précisé M. Peskov. Pour sa part, l'ambassade de Russie aux Etats-Unis a indiqué "ne pas commenter ses contacts nombreux avec des partenaires locaux, effectués quotidiennement selon la pratique diplomatique", dans une déclaration mise à disposition de l'AFP. Dans un communiqué, Jeff Sessions a affirmé qu'il n'avait "jamais rencontré un responsable russe pour discuter de la campagne" présidentielle. (Belga)