"Selon une source interne pour l'Agence Amaq: des combattants de l'Etat islamique ont fait exploser un véhicule bourré d'explosifs garé devant un poste de la police turque à Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie", a rapporté SITE. Ce dernier a précisé que le message avait été posté par Amaq sur la messagerie cryptée Telegram. Dans cette ville considérée comme la "capitale" du sud-est turc à majorité kurde, cet attentat a fait neuf morts, dont deux policiers, et plus de cent blessés, selon un dernier bilan officiel. Le Premier ministre Binali Yildirim avait dans un premier temps attribué cette attaque au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par Ankara, Washington et Bruxelles. Le leader du groupe EI, Abou Bakr al-Baghdadi avait appelé jeudi ses soldats à attaquer la Turquie pour se venger d'Ankara, très impliquée dans la lutte contre les djihadistes en Irak et en Syrie. (Belga)

"Selon une source interne pour l'Agence Amaq: des combattants de l'Etat islamique ont fait exploser un véhicule bourré d'explosifs garé devant un poste de la police turque à Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie", a rapporté SITE. Ce dernier a précisé que le message avait été posté par Amaq sur la messagerie cryptée Telegram. Dans cette ville considérée comme la "capitale" du sud-est turc à majorité kurde, cet attentat a fait neuf morts, dont deux policiers, et plus de cent blessés, selon un dernier bilan officiel. Le Premier ministre Binali Yildirim avait dans un premier temps attribué cette attaque au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par Ankara, Washington et Bruxelles. Le leader du groupe EI, Abou Bakr al-Baghdadi avait appelé jeudi ses soldats à attaquer la Turquie pour se venger d'Ankara, très impliquée dans la lutte contre les djihadistes en Irak et en Syrie. (Belga)