La présidente de l'exécutif européen présentera dans l'après-midi aux eurodéputés rassemblés à Bruxelles les contours et grandes échéances de la mise en place de ce "pacte vert" européen qui doit former un chapitre majeur de la politique de la nouvelle Commission pour les prochaines années. Le collège des commissaires y a donné son accord en matinée. L'objectif global est d'atteindre la "neutralité carbone" pour 2050, via une réduction des émissions de gaz à effet de serre et des compensations pour les émissions existantes. Le pacte est un "roadmap", une feuille de route, a répété mercredi l'Allemande. "Nous n'avons pas encore toutes les réponses, aujourd'hui est le début d'un voyage", ajoute-t-elle. "Notre but est de réconcilier avec la planète notre économie, la manière dont nous produisons et consommons". Le Green Deal ne se limite d'ailleurs pas à réduire et compenser les émissions, assure-t-elle. Il s'agit parallèlement de "créer des emplois et pousser l'innovation", avec le "Mécanisme pour une transition juste" comme outil crucial pour soutenir financièrement les secteurs et régions qui auront le plus de chemin à parcourir. "Je suis convaincue que l'ancien modèle basé sur les carburants fossiles et la pollution est dépassé", a encore assuré une Ursula von der Leyen à l'allure déterminée. "Le Pacte vert est notre nouvelle stratégie de croissance, une stratégie qui rapporte plus qu'elle ne prend". Après débat au Parlement sur ce Green Deal, le sujet sera l'un des points cruciaux à l'agenda des chefs d'Etat et de gouvernement rassemblés en sommet dès jeudi à Bruxelles. (Belga)

La présidente de l'exécutif européen présentera dans l'après-midi aux eurodéputés rassemblés à Bruxelles les contours et grandes échéances de la mise en place de ce "pacte vert" européen qui doit former un chapitre majeur de la politique de la nouvelle Commission pour les prochaines années. Le collège des commissaires y a donné son accord en matinée. L'objectif global est d'atteindre la "neutralité carbone" pour 2050, via une réduction des émissions de gaz à effet de serre et des compensations pour les émissions existantes. Le pacte est un "roadmap", une feuille de route, a répété mercredi l'Allemande. "Nous n'avons pas encore toutes les réponses, aujourd'hui est le début d'un voyage", ajoute-t-elle. "Notre but est de réconcilier avec la planète notre économie, la manière dont nous produisons et consommons". Le Green Deal ne se limite d'ailleurs pas à réduire et compenser les émissions, assure-t-elle. Il s'agit parallèlement de "créer des emplois et pousser l'innovation", avec le "Mécanisme pour une transition juste" comme outil crucial pour soutenir financièrement les secteurs et régions qui auront le plus de chemin à parcourir. "Je suis convaincue que l'ancien modèle basé sur les carburants fossiles et la pollution est dépassé", a encore assuré une Ursula von der Leyen à l'allure déterminée. "Le Pacte vert est notre nouvelle stratégie de croissance, une stratégie qui rapporte plus qu'elle ne prend". Après débat au Parlement sur ce Green Deal, le sujet sera l'un des points cruciaux à l'agenda des chefs d'Etat et de gouvernement rassemblés en sommet dès jeudi à Bruxelles. (Belga)