Né à Liège le 16 avril 1926, André Goosse passe son enfance à Houffalize. De 1938 à 1944, il fait ses humanités gréco-latines à l'Institut Saint-Remacle de Stavelot. C'est là qu'il découvre les plaisirs de la littérature et que naîtra sa passion pour la langue française. Il entreprend ensuite des études de philologie romane à l'Université catholique de Louvain, où il rencontre Marie-Thérèse, fille de Maurice Grevisse. André et Marie-Thérèse obtiennent leurs diplômes en 1949, puis se marient. Ils eurent deux fils: Jean-François et Etienne. Marie-Thérèse Goosse-Grevisse meurt prématurément en 1985. André Goosse transmet d'abord son attachement à la langue française aux élèves de l'enseignement secondaire, puis à partir de 1955, aux étudiants de l'UCLouvain. Il est, en 1961, nommé chargé de cours à la Faculté de philosophie et lettres, dans la section de philologie romane et, six ans plus tard, il devient professeur ordinaire. Il assure plusieurs cours de linguistique: grammaire du français moderne, morphologie, syntaxe, lexicologie, dialectologie et onomastique. À la mort de son beau-père en 1980, il s'attache à moderniser et à faire évoluer son oeuvre "Le bon Usage", qualifiée de "meilleure grammaire française" par l'écrivain français André Gide. En 1988, André Goosse se remarie avec la romancière belge et critique littéraire France Bastia, qui décède à son tour en 2017. André Goosse fut par ailleurs secrétaire perpétuel de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique de 1996 à 2001. Il présida en outre le Conseil international de la langue française. En Belgique, il participa également à l'élaboration du Vademecum de la nouvelle orthographe, en tant que président fondateur de l'Association pour l'application des recommandations orthographiques (Aparo). La messe de funérailles aura lieu le jeudi 8 août à 11h00 en l'église Saint-Amand de Hamme-Mille (Brabant wallon). (Belga)