Le gouvernement Wilmès II travaille aussi à la gestion socio-économique de la crise. Un risk management group a été mis en place sous la direction de Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, et de Piet Vanthemsche, ancien patron du Boerebond et personnalité forte en Flandre. Une réunion a eu lieu avec les partenaires sociaux. Le Conseil des ministres s'est réuni vendredi et a décidé le deuxième volet de protection de l'économie.

Soutien au pouvoir d'achat

Des mesures sont prises pour soutenir le pouvoir d'achat des travailleurs. En ce qui concerne le chômage économique et temporaire, une seule procédure est désormais mise en place pour faciliter cela sur le plan administratif : la "mesure Corona". Le groupe concerné est élargi aux gens qui restent à la maison pour des raisons familiales ou parce qu'ils sont contaminés. Normalement, ces personnes touchent 70% de leur salaire brut. Le gouvernement a décidé d'octroyer un montant supplémentaire de 150 euros. La possibilité est offerte de reporter de deux mois toutes les échéances fiscales à payer. "C'est un report", insistent les ministres de Wilmès II.

Le ministre du Travail, Nathalie Muylle a précisé: "Il y a actuellement 671.000 personnes en chômage économique et temporaire. Nous nous attendons à un chiffre définitif de 800.000 à un million de personnes."

Soutien aux indépendants

Le gouvernement fédéral se félicite de l'approbation jeudi après-midi par la Chambre de l'élargissement du droit passerelle. Un revenu de remplacement va permettre aux indépendants d'avoir un revenu pour les mois de mars et avril. L'indépendant dont l'activité est touchée par des mesures sanitaires pourra bénéficier pour ces deux mois de l'indemnité complète de 1291,69 euros (1614,10 euros s'il est chargé de famille), quelle que soit la durée de l'interruption.

Cette mesure vise tout le secteur de l'horeca, ainsi que les restaurateurs qui continuent de travailler (take away, livraison à domicile, traiteur) mais qui ne peuvent plus assurer de service en salle. Il en va de même des gérants d'hôtels qui cessent leurs activités de bar et de restaurant ainsi que des commerçants qui ferment leurs portes et de toute autre activité impactée par les mesures sanitaires prises pour limiter la propagation du coronavirus. Les coiffeurs pourront également bénéficier de la mesure. Un report des de taxes est possible, ainsi qu'un report des contributions sociales pour deux trimestres, jusqu'au 15 décembre. Les indépendants de prendre contact avec leur caisse d'assurance sociale pour un pré-enregistrement.

"Les mesures du fédéral pour amortir l'impact socio-économique de la crise pèseront 8 à 10 milliards sur le budget 2020", a précisé le ministre du Budget, David Clarinval.

Le gouvernement Wilmès II travaille aussi à la gestion socio-économique de la crise. Un risk management group a été mis en place sous la direction de Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, et de Piet Vanthemsche, ancien patron du Boerebond et personnalité forte en Flandre. Une réunion a eu lieu avec les partenaires sociaux. Le Conseil des ministres s'est réuni vendredi et a décidé le deuxième volet de protection de l'économie. Des mesures sont prises pour soutenir le pouvoir d'achat des travailleurs. En ce qui concerne le chômage économique et temporaire, une seule procédure est désormais mise en place pour faciliter cela sur le plan administratif : la "mesure Corona". Le groupe concerné est élargi aux gens qui restent à la maison pour des raisons familiales ou parce qu'ils sont contaminés. Normalement, ces personnes touchent 70% de leur salaire brut. Le gouvernement a décidé d'octroyer un montant supplémentaire de 150 euros. La possibilité est offerte de reporter de deux mois toutes les échéances fiscales à payer. "C'est un report", insistent les ministres de Wilmès II.Le ministre du Travail, Nathalie Muylle a précisé: "Il y a actuellement 671.000 personnes en chômage économique et temporaire. Nous nous attendons à un chiffre définitif de 800.000 à un million de personnes."Le gouvernement fédéral se félicite de l'approbation jeudi après-midi par la Chambre de l'élargissement du droit passerelle. Un revenu de remplacement va permettre aux indépendants d'avoir un revenu pour les mois de mars et avril. L'indépendant dont l'activité est touchée par des mesures sanitaires pourra bénéficier pour ces deux mois de l'indemnité complète de 1291,69 euros (1614,10 euros s'il est chargé de famille), quelle que soit la durée de l'interruption. Cette mesure vise tout le secteur de l'horeca, ainsi que les restaurateurs qui continuent de travailler (take away, livraison à domicile, traiteur) mais qui ne peuvent plus assurer de service en salle. Il en va de même des gérants d'hôtels qui cessent leurs activités de bar et de restaurant ainsi que des commerçants qui ferment leurs portes et de toute autre activité impactée par les mesures sanitaires prises pour limiter la propagation du coronavirus. Les coiffeurs pourront également bénéficier de la mesure. Un report des de taxes est possible, ainsi qu'un report des contributions sociales pour deux trimestres, jusqu'au 15 décembre. Les indépendants de prendre contact avec leur caisse d'assurance sociale pour un pré-enregistrement."Les mesures du fédéral pour amortir l'impact socio-économique de la crise pèseront 8 à 10 milliards sur le budget 2020", a précisé le ministre du Budget, David Clarinval.