"Face à un évènement tel que celui que nous avons connu en juillet dernier, la solidarité doit être de mise", a souligné M. Di Rupo (PS), par la voix de son porte-parole. Il rappelle la solidarité qui s'est d'emblée matérialisée sur le terrain: "de nombreux bénévoles flamands se sont rendus et se rendent encore sur le terrain depuis juillet pour aider les sinistrés". Le gouvernement wallon discutera avec le gouvernement flamand et son ministre-président, Jan Jambon (N-VA), pour examiner la proposition que ce dernier a formulée lundi devant le parlement flamand. "Mais la Wallonie attend surtout une réponse du gouvernement fédéral", insiste M. Di Rupo. "La solidarité nationale doit conduire le gouvernement fédéral à contribuer aux importantes dépenses que devra consentir le gouvernement wallon pour assister les sinistrés." La semaine dernière, la proposition du secrétaire d'État Thomas Dermine (PS) de faire intervenir le Fédéral à hauteur de 600 millions d'euros pour la reconstruction des zones sinistrées du pays - essentiellement en Wallonie - avait été balayée par la N-VA (opposition). Le député fédéral Sander Loones avait affirmé que toute solidarité financière de la Flandre serait conditionnée à des "réformes fondamentales" que son parti veut voir mises en oeuvre en Wallonie, n'hésitant pas à comparer le sud du pays à la Grèce qui, dans les années 2010, avait obtenu d'importants crédits de la troïka (UE, BCE, FMI) à de sévères conditions, à la suite de la crise financière. (Belga)

"Face à un évènement tel que celui que nous avons connu en juillet dernier, la solidarité doit être de mise", a souligné M. Di Rupo (PS), par la voix de son porte-parole. Il rappelle la solidarité qui s'est d'emblée matérialisée sur le terrain: "de nombreux bénévoles flamands se sont rendus et se rendent encore sur le terrain depuis juillet pour aider les sinistrés". Le gouvernement wallon discutera avec le gouvernement flamand et son ministre-président, Jan Jambon (N-VA), pour examiner la proposition que ce dernier a formulée lundi devant le parlement flamand. "Mais la Wallonie attend surtout une réponse du gouvernement fédéral", insiste M. Di Rupo. "La solidarité nationale doit conduire le gouvernement fédéral à contribuer aux importantes dépenses que devra consentir le gouvernement wallon pour assister les sinistrés." La semaine dernière, la proposition du secrétaire d'État Thomas Dermine (PS) de faire intervenir le Fédéral à hauteur de 600 millions d'euros pour la reconstruction des zones sinistrées du pays - essentiellement en Wallonie - avait été balayée par la N-VA (opposition). Le député fédéral Sander Loones avait affirmé que toute solidarité financière de la Flandre serait conditionnée à des "réformes fondamentales" que son parti veut voir mises en oeuvre en Wallonie, n'hésitant pas à comparer le sud du pays à la Grèce qui, dans les années 2010, avait obtenu d'importants crédits de la troïka (UE, BCE, FMI) à de sévères conditions, à la suite de la crise financière. (Belga)