Le gouvernement wallon a adopté, jeudi, un 3e volet d'aide pour les secteurs de la santé, du social, de l'emploi, de la formation et de l'économie sociale.

"Toutes les mesures prises visent à protéger les emplois pour demain; dans le secteur de la santé et de l'aide à la personne, au niveau social, du non-marchand et dans les entreprises. Elles visent toutes à amortir un éventuel choc, à soutenir les personnes, à reprendre une activité progressive, à relancer la formation et la mise à l'emploi dans le respect des mesures sanitaires", a souligné la ministre régionale de l'Emploi et de la Santé, Christie Morreale.

Parmi ces mesures, l'exécutif a notamment décidé de donner accès aux aides impulsion '12 mois+' aux artistes, ce qui signifie que les employeurs pourront recevoir jusqu'à 500 euros de réduction sur le paiement de salaire de chaque artiste sous contrat, moyennant le respect de certaines conditions dans le chef du travailleur.

Un soutien financier complémentaire dégressif sera également accordé jusque fin août 2020 au secteur des titres-services pour soutenir l'organisation du travail dans les entreprises du secteur, malgré des plannings d'activité encore incomplets, et assurer un salaire plein aux travailleur-euse-s.

Parallèlement, les 102 entreprises d'insertion en économie sociale qui ont pour but de favoriser l'insertion durable et de qualité des travailleurs défavorisés et les 62 structures d''Initiatives de développement de l'emploi dans le secteur des services de proximité à finalité sociale' verront leurs modalités de financement adaptées pour neutraliser la période de crise.

En matière d'emploi et de formation, l'organisation de jobdays virtuels sera encouragée et plus de 4 millions d'euros serviront à booster les formations à distance.

Les maisons de repos, elles, bénéficieront d'une garantie de financement public lié à une activité 'normale' pour les établissements fortement touchés par le covid-19 durant la période du 1er juillet au 30 septembre 2020. Cette mesure s'appliquera aussi à l'ensemble des centres de soins de jour qui ont dû fermer leurs portes depuis la mi-mars.

Des mesures ont également été prises pour soutenir les structures régionales afin d'acheter du matériel de protection sanitaire pour leurs travailleurs dans le cadre du redéploiement de leurs activités jusqu'à fin 2020. Cela concerne notamment les agences locales pour l'emploi (ALE), les Centres d'insertion socioprofessionnelle (CISP), les missions régionales pour l'emploi (MIRE), les opérateurs des Plans mobilisateurs des Technologies de l'Information et de la Communication (PMTIC), les Centres de Formation et d'Insertion Socioprofessionnelle Adaptés (CFISPA) et les services agrées de l'action sociale, hors hébergement.

Enfin, le soutien psychologique aux indépendants et la ligne d'écoute gratuite 'Violences conjugales' seront renforcés, les violences conjugales ayant triplé durant la crise.

Le gouvernement wallon a adopté, jeudi, un 3e volet d'aide pour les secteurs de la santé, du social, de l'emploi, de la formation et de l'économie sociale."Toutes les mesures prises visent à protéger les emplois pour demain; dans le secteur de la santé et de l'aide à la personne, au niveau social, du non-marchand et dans les entreprises. Elles visent toutes à amortir un éventuel choc, à soutenir les personnes, à reprendre une activité progressive, à relancer la formation et la mise à l'emploi dans le respect des mesures sanitaires", a souligné la ministre régionale de l'Emploi et de la Santé, Christie Morreale.Parmi ces mesures, l'exécutif a notamment décidé de donner accès aux aides impulsion '12 mois+' aux artistes, ce qui signifie que les employeurs pourront recevoir jusqu'à 500 euros de réduction sur le paiement de salaire de chaque artiste sous contrat, moyennant le respect de certaines conditions dans le chef du travailleur.Un soutien financier complémentaire dégressif sera également accordé jusque fin août 2020 au secteur des titres-services pour soutenir l'organisation du travail dans les entreprises du secteur, malgré des plannings d'activité encore incomplets, et assurer un salaire plein aux travailleur-euse-s.Parallèlement, les 102 entreprises d'insertion en économie sociale qui ont pour but de favoriser l'insertion durable et de qualité des travailleurs défavorisés et les 62 structures d''Initiatives de développement de l'emploi dans le secteur des services de proximité à finalité sociale' verront leurs modalités de financement adaptées pour neutraliser la période de crise.En matière d'emploi et de formation, l'organisation de jobdays virtuels sera encouragée et plus de 4 millions d'euros serviront à booster les formations à distance.Les maisons de repos, elles, bénéficieront d'une garantie de financement public lié à une activité 'normale' pour les établissements fortement touchés par le covid-19 durant la période du 1er juillet au 30 septembre 2020. Cette mesure s'appliquera aussi à l'ensemble des centres de soins de jour qui ont dû fermer leurs portes depuis la mi-mars.Des mesures ont également été prises pour soutenir les structures régionales afin d'acheter du matériel de protection sanitaire pour leurs travailleurs dans le cadre du redéploiement de leurs activités jusqu'à fin 2020. Cela concerne notamment les agences locales pour l'emploi (ALE), les Centres d'insertion socioprofessionnelle (CISP), les missions régionales pour l'emploi (MIRE), les opérateurs des Plans mobilisateurs des Technologies de l'Information et de la Communication (PMTIC), les Centres de Formation et d'Insertion Socioprofessionnelle Adaptés (CFISPA) et les services agrées de l'action sociale, hors hébergement.Enfin, le soutien psychologique aux indépendants et la ligne d'écoute gratuite 'Violences conjugales' seront renforcés, les violences conjugales ayant triplé durant la crise.