"Le gouvernement a remis sa démission au roi", a indiqué le ministre de la Science Khairy Jamaluddin sur son compte Instagram. Le Premier ministre malaisien était arrivé au pouvoir en mars 2020 sans élection et dirigeait un gouvernement de coalition après la chute du gouvernement de Mahathir Mohamad, poids lourd de la politique malaisienne. Muhyiddin Yassin avait repoussé la tenue d'élections pendant plusieurs mois en imposant un état d'urgence dû à l'épidémie. Le Premier ministre de 74 ans avait essayé encore vendredi de s'accrocher au pouvoir en proposant sans succès aux élus de l'opposition de le soutenir en échange de l'adoption de plusieurs réformes. Mais après avoir échoué à obtenir le soutien des parlementaires, il a tenu son dernier conseil des ministres lundi avant de se diriger vers le palais pour offrir sa démission au monarque malaisien. Sans successeur évident au Premier ministre, le pays pourrait replonger dans une période tumultueuse d'instabilité politique que le pays a déjà traversé à plusieurs reprises sur fond de lutte entre factions rivales. Le pays de 32 millions d'habitants traverse une forte vague de contaminations au Covid-19 qu'il peine à contenir, avec plusieurs dizaines de milliers de nouveaux cas chaque jour, et son économie a été mise à mal par les confinements et restrictions imposées par le gouvernement. (Belga)

"Le gouvernement a remis sa démission au roi", a indiqué le ministre de la Science Khairy Jamaluddin sur son compte Instagram. Le Premier ministre malaisien était arrivé au pouvoir en mars 2020 sans élection et dirigeait un gouvernement de coalition après la chute du gouvernement de Mahathir Mohamad, poids lourd de la politique malaisienne. Muhyiddin Yassin avait repoussé la tenue d'élections pendant plusieurs mois en imposant un état d'urgence dû à l'épidémie. Le Premier ministre de 74 ans avait essayé encore vendredi de s'accrocher au pouvoir en proposant sans succès aux élus de l'opposition de le soutenir en échange de l'adoption de plusieurs réformes. Mais après avoir échoué à obtenir le soutien des parlementaires, il a tenu son dernier conseil des ministres lundi avant de se diriger vers le palais pour offrir sa démission au monarque malaisien. Sans successeur évident au Premier ministre, le pays pourrait replonger dans une période tumultueuse d'instabilité politique que le pays a déjà traversé à plusieurs reprises sur fond de lutte entre factions rivales. Le pays de 32 millions d'habitants traverse une forte vague de contaminations au Covid-19 qu'il peine à contenir, avec plusieurs dizaines de milliers de nouveaux cas chaque jour, et son économie a été mise à mal par les confinements et restrictions imposées par le gouvernement. (Belga)