Selon le ministre, cette mesure complétera utilement l'équipement de chaque membre du personnel de 5 masques en tissu décidé il y a dix jours. Comme dans le secteur privé, le télétravail demeure la règle, au sein de la fonction publique fédérale. "Mais ce n'est pas toujours possible, pour une série de fonctions critiques qui ne peuvent être exercées à distance. De plus, il convient d'envisager l'évolution de la pandémie à plus long terme, et de se préparer à accompagner une reprise progressive des activités avec une présence physique accrue au bureau lorsque la situation sanitaire le permettra", a expliqué le ministre, par voie de communiqué.

D'après le Vice-premier ministre MR, le gouvernement a souhaité centraliser tous les besoins prévisibles en matériels et produits de protection sanitaire des administrations et institutions fédérales, afin d'assurer à chacune d'elles l'accès à des matériaux de qualité dans des quantités suffisantes et à des prix compétitifs.

En pratique

Le marché public sera lancé lundi 18 mai. Il portera sur une durée d'un an, reconductible une fois. Les besoins ont été répartis en 17 lots, totalisant des quantités très importantes de chaque produit ou matériel, en raison du nombre de leurs destinataires et de la durée estimée de leurs besoins. Les soumissionnaires devront s'engager, de façon séparée, à pouvoir fournir plusieurs dizaines de milliers de litres de gel désinfectant en flacons ou en sprays, plusieurs milliers de distributeurs automatiques de ce même gel, des centaines de milliers de lingettes hygiéniques destinées au nettoyage des bureaux ou encore plusieurs millions de gants jetables.

Le même ordre de quantités sera d'application pour la fourniture de charlottes, de lunettes de sécurité, d'écrans faciaux, de combinaisons, blouses et tabliers jetables, de surchaussures jetables, de thermomètres corporels infrarouges digitaux, de kits de nettoyage pour les PC, claviers et souris, ou encore de sacs poubelle spécifiques.

Dans le marché public, chaque produit ou matériel fera l'objet d'une quantité minimale et maximale indicatives que le fournisseur devra s'engager à livrer en fonction des besoins réels.

Selon le ministre, cette mesure complétera utilement l'équipement de chaque membre du personnel de 5 masques en tissu décidé il y a dix jours. Comme dans le secteur privé, le télétravail demeure la règle, au sein de la fonction publique fédérale. "Mais ce n'est pas toujours possible, pour une série de fonctions critiques qui ne peuvent être exercées à distance. De plus, il convient d'envisager l'évolution de la pandémie à plus long terme, et de se préparer à accompagner une reprise progressive des activités avec une présence physique accrue au bureau lorsque la situation sanitaire le permettra", a expliqué le ministre, par voie de communiqué. D'après le Vice-premier ministre MR, le gouvernement a souhaité centraliser tous les besoins prévisibles en matériels et produits de protection sanitaire des administrations et institutions fédérales, afin d'assurer à chacune d'elles l'accès à des matériaux de qualité dans des quantités suffisantes et à des prix compétitifs. En pratiqueLe marché public sera lancé lundi 18 mai. Il portera sur une durée d'un an, reconductible une fois. Les besoins ont été répartis en 17 lots, totalisant des quantités très importantes de chaque produit ou matériel, en raison du nombre de leurs destinataires et de la durée estimée de leurs besoins. Les soumissionnaires devront s'engager, de façon séparée, à pouvoir fournir plusieurs dizaines de milliers de litres de gel désinfectant en flacons ou en sprays, plusieurs milliers de distributeurs automatiques de ce même gel, des centaines de milliers de lingettes hygiéniques destinées au nettoyage des bureaux ou encore plusieurs millions de gants jetables. Le même ordre de quantités sera d'application pour la fourniture de charlottes, de lunettes de sécurité, d'écrans faciaux, de combinaisons, blouses et tabliers jetables, de surchaussures jetables, de thermomètres corporels infrarouges digitaux, de kits de nettoyage pour les PC, claviers et souris, ou encore de sacs poubelle spécifiques. Dans le marché public, chaque produit ou matériel fera l'objet d'une quantité minimale et maximale indicatives que le fournisseur devra s'engager à livrer en fonction des besoins réels.