Ce plan budgétaire, qui prévoit de se focaliser notamment sur l'éducation, la santé et la police, porte sur une année seulement (2020-2021) à cause des incertitudes liées au Brexit, dont la date est actuellement fixée au 31 octobre, mais qui reste plus que jamais entouré d'incertitudes. La présentation du ministre devant le Parlement britannique a débuté vers 13h45. "Grâce au dur travail du peuple britannique au cours de la dernière décennie, nous pouvons nous permettre de dépenser plus pour les priorités du peuple tout en respectant les règles budgétaires", assure le communiqué du ministère des Finances publié mardi soir. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé mardi qu'il déposait une motion au Parlement pour convoquer des élections anticipées, juste après avoir été désavoué par les députés qui ont adopté une motion visant à obtenir un report du Brexit, prévu le 31 octobre. Mardi dans la soirée, le Trésor britannique avait annoncé qu'il allait ajouter deux milliards de livres (2,2 milliards d'euros) supplémentaires pour la période 2020/2021 afin de financer les préparatifs du Brexit, notamment pour la police des frontières et les ports. Cela porte ainsi à plus de 8,3 milliards de livres (9,1 milliards d'euros) l'enveloppe totale consacrée depuis le référendum de juin 2016 par le Royaume-Uni à sa sortie de l'UE. L'an prochain, le Trésor britannique prévoit de fixer de nouvelles cibles budgétaires multiannuelles. La semaine dernière, le parti d'opposition travailliste avait estimé de son côté que les dépenses promises pour l'an prochain n'étaient qu'une "manoeuvre pré-électorale", selon John McDonnell, l'un des poids lourds du Labour. (Belga)