Les autorités nationalistes hindous ont passé un décret présidentiel abolissant un statut spécial de l'État du Jammu-et-Cachemire qui était garanti par la Constitution indienne. L'annonce a entrainé une énorme cacophonie dans les rangs de l'opposition. Selon la suite des déclarations du ministre de l'Intérieur face aux parlementaires, le territoire du Jammu-et-Cachemire va perdre son statut d'Etat indien pour devenir un "territoire de l'Union", soit une division administrative de la République. Le Jammu-et-Cachemire bénéficierait cependant d'une législature, garantissant une forme d'autonomie. Le Ladakh, région dans l'est du Jammu-et-Cachemire, deviendrait également un "territoire de l'Union", mais sans législature. L'Etat indien actuel du Jammu-et-Cachemire serait ainsi divisé en deux territoires de l'Union, deux divisions administratives relevant théoriquement du pouvoir central. L'Article 370 de la Constitution indienne, qui accordait depuis 1950 un régime particulier à l'Etat du Jammu-et-Cachemire, avec davantage d'autonomie, va être révoqué par le gouvernement, avait précédemment précisé lundi le ministre Amit Shah. Selon cet article, les lois du gouvernement de l'Union ne pouvaient s'appliquer au Cachemire que dans des matières limitées, comme la défense et la diplomatie. (Belga)