Ce tarif est calculé deux fois par an. La hausse aurait dépassé les 20% tant pour le gaz que l'électricité et touché un public défavorisé. La décision aura un effet rétroactif, elle prend donc effet immédiatement, ont insisté tant la ministre de l'Energie, Marie-Christine Marghem, que le Premier ministre, Charles Michel. Le coût de la mesure est estimé à 13 millions d'euros qui seront compensés grâce à un fonds "dormant" pour le chauffage. (Belga)