Le ministre se donne quatre ans pour mettre en place une base de données de l'ensemble des subventions flamandes, qu'il s'agisse du soutien au secteur socioculturel, de l'aide sociale, des entreprises, de la recherche et du développement.

L'un des objectifs est d'offrir plus de transparence, y compris pour le citoyen, invoque-t-il. "Dans un premier temps, la base de données sera un instrument interne. Mais à long terme, l'intention est que le public puisse le consulter, dans la mesure où cela est compatible avec les règles de protection de la vie privée", dit Matthias Diependaele. De plus, le gouvernement veut pouvoir détecter plus facilement les (éventuels) doublons. "Il est tout à fait possible qu'une organisation reçoive 17 subventions différentes et qu'elles soient toutes justifiées. Mais aujourd'hui, on ne le sait pas."

La création de cette base de données s'inscrit dans le cadre d'une transition vers un budget "axé sur les résultats" en Flandre.