En ce sens la démocratie libérale servit davantage les intérêts prolétaires que la dictature du prolétariat, et l'élection, sur le terrain de la lutte des classes, apaisa au moins autant la faim des forçats que l'insurrection, parce que la liberté de voter accordée aux classes dominées obligea les classes dominantes. Mais aujourd'hui que les classes populaires se désintéressent du gouvernement moderne, le gouvernement moderne se charge pour elles de leurs affaires communes, et c'est à coup de suffrage universel qu'il leur administre ses raclées.
...