Ce plan sera décliné en deux phases, la première ayant été approuvée vendredi, indique le gouvernement. Celle-ci regroupe un ensemble de mesures dont la mise en place d'une charte sanitaire et d'un label hygiène, le lancement d'une grande campagne de marketing pour la promotion de la destination auprès du public belge et du public international ainsi que la réduction du prix de la "Brussels Card 48h" "afin d'inciter les visiteurs à profiter des nombreuses activités des opérateurs touristiques proposant des services via cette carte". Le montant dégagé doit également servir à alimenter un fonds pour équiper les attractions touristiques, culturelles et patrimoniales en matériel d'hygiène et en signalétique de distanciation, un fonds permettant aux opérateurs touristiques, culturels et patrimoniaux de s'offrir des services "sans contacts" et d'autres services de présentation numériques, et, enfin, un fonds pour aider les événements se déroulant sur le territoire de la Région, à s'équiper en matériel d'hygiène, de comptage, de protection, de sécurité, etc. La seconde phase comprendra des mesures pour équiper les opérateurs touristiques en technologie numérique et des mesures de soutien aux congrès et réunions de plus de 200 participants avec nuitée. Elle sera intégrée dans le cadre du plan de relance et de redéploiement en cours d'élaboration, ajoute le gouvernement bruxellois. "Notre vaste secteur touristique et culturel, qui est passé ces dernières années à près de 60.000 employés et 7.000 indépendants, mérite d'être soutenu", précise Sven Gatz, le ministre du Budget, des Finances et de l'Image de Bruxelles, cité dans le communiqué. (Belga)

Ce plan sera décliné en deux phases, la première ayant été approuvée vendredi, indique le gouvernement. Celle-ci regroupe un ensemble de mesures dont la mise en place d'une charte sanitaire et d'un label hygiène, le lancement d'une grande campagne de marketing pour la promotion de la destination auprès du public belge et du public international ainsi que la réduction du prix de la "Brussels Card 48h" "afin d'inciter les visiteurs à profiter des nombreuses activités des opérateurs touristiques proposant des services via cette carte". Le montant dégagé doit également servir à alimenter un fonds pour équiper les attractions touristiques, culturelles et patrimoniales en matériel d'hygiène et en signalétique de distanciation, un fonds permettant aux opérateurs touristiques, culturels et patrimoniaux de s'offrir des services "sans contacts" et d'autres services de présentation numériques, et, enfin, un fonds pour aider les événements se déroulant sur le territoire de la Région, à s'équiper en matériel d'hygiène, de comptage, de protection, de sécurité, etc. La seconde phase comprendra des mesures pour équiper les opérateurs touristiques en technologie numérique et des mesures de soutien aux congrès et réunions de plus de 200 participants avec nuitée. Elle sera intégrée dans le cadre du plan de relance et de redéploiement en cours d'élaboration, ajoute le gouvernement bruxellois. "Notre vaste secteur touristique et culturel, qui est passé ces dernières années à près de 60.000 employés et 7.000 indépendants, mérite d'être soutenu", précise Sven Gatz, le ministre du Budget, des Finances et de l'Image de Bruxelles, cité dans le communiqué. (Belga)