Le réseau d'accueil arrive à saturation, constate la ministre qui invoque la durée trop longue des procédures de demande d'asile ainsi que l'augmentation du nombre de demandes, comme dans le reste de l'Europe. Du personnel supplémentaire sera engagé au Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides (CGRA) et au Conseil du Contentieux des Étrangers (CCE). L'ensemble des services fédéraux coopèrent par ailleurs avec les instances en charge de l'asile. Ces derniers mois, des sites ont été mis à disposition par la Régie des Bâtiments et la Défense, le Selor a accéléré les procédures de recrutement, etc. Enfin, Fedasil lancera en extrême urgence un marché public afin que des acteurs privés puissent aussi offrir des places d'accueil. "Nous devons respecter la loi, mais c'est aussi un devoir moral, malgré l'opposition des riverains, plus que jamais nourrie par de la désinformation délibérée. Je comprends l'inquiétude des gens quand un centre d'asile ouvre tout à coup près de chez eux. Mais tout ne se règle pas en un claquement de doigts. L'asile est une réalité complexe qu'un pays seul, petit ou grand, ne peut pas contrôler complètement. Je continue à plaider pour des solutions structurelles au niveau européen", a souligné la ministre alors que l'émotion est vive après l'incendie criminel d'un centre pour demandeurs d'asile appelé à ouvrir à Bilzen. (Belga)