Les chercheurs ont procédé à des simulations recourant à des techniques de pointe pour mettre en évidence les bouleversements que subira le glacier, d'une superficie de 86 km2 et dont la masse est évaluée à 11 milliards de tonnes de glace, si le réchauffement climatique persiste, a expliqué dans un communiqué l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETH). La langue du glacier a reculé d'environ un kilomètre depuis le début du siècle. Les scientifiques prédisent que cette fonte va se poursuivre même si le monde est capable de remplir les objectifs de l'accord de Paris sur le climat de 2015 visant à contenir sous la barre des 2 degrés le réchauffement climatique par rapports aux niveaux pré-industriels. Les chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich assurent que, même d'après le scénario le plus optimiste, le glacier pourrait perdre 50% de son volume et de sa longueur d'ici à 2100, tandis que dans le pire des cas, il ne restera plus que "deux minables plaques de glace". Dans une précédente étude, les chercheurs de cet établissement universitaire avaient déterminé que 90% des quelque 4.000 glaciers des Alpes auraient disparu d'ici à 2100 si rien n'était fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. (Belga)