L'assassinat dans une attaque de drone américaine vendredi à Bagdad de l'architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, et d'Abou Mehdi al-Mouhandis, l'homme de Téhéran en Irak et numéro deux du Hachd al-Chaabi -une coalition de paramilitaires irakiens pro-iraniens-, a provoqué la colère de Téhéran et fait craindre une conflagration régionale. Le corps du général Soleimani doit arriver à Téhéran samedi soir avant d'être transporté le lendemain dans la ville sainte chiite de Machhad pour une cérémonie qui se tiendra à côté du sanctuaire de l'Imam Reza, ont indiqué les Gardiens de la Révolution, dans un communiqué publié sur leur site dans la nuit de vendredi à samedi. "Une cérémonie aura lieu ensuite à Téhéran lundi matin, puis le corps pur de ce soldat du Peuple et de la Nation sera enterré à Kerman mardi matin", a-t-il ajouté. Un large groupe d'étudiants a annoncé l'organisation samedi d'une veillée en hommage du général Soleimani à l'université de Téhéran. Ils se rendront également à l'aéroport Mehrabad de Téhéran pour l'arrivée de sa dépouille. Le général, mort à l'âge de 62 ans, était un homme clé du régime iranien et l'une des personnalités publiques les plus populaires du pays, où il était très suivi sur les réseaux sociaux. Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a rapidement promis une "sévère vengeance" et décrété trois jours de deuil national. Après avoir servi dans la guerre Iran-Irak de 1980-1988, Soleimani a rapidement gravi les échelons pour devenir finalement chef de la Force Qods des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures de la République islamique. Vendredi, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de Téhéran et d'autres villes d'Iran pour protester contre l'attaque américaine. Une dense foule d'Irakiens accompagnent samedi une procession funéraire pour Soleimani et Mouhandis à Bagdad. Leurs corpsseront ensuite acheminés à Kerbala et Najaf, deux villes saintes chiites plus au sud de la capitale irakienne. En Iran, l'ayatollah Khamenei et le président iranien Hassan Rouhani ont rendu des visites séparées à la famille de Soleimani vendredi pour lui présenter leurs condoléances. (Belga)

L'assassinat dans une attaque de drone américaine vendredi à Bagdad de l'architecte de la stratégie iranienne au Moyen-Orient, et d'Abou Mehdi al-Mouhandis, l'homme de Téhéran en Irak et numéro deux du Hachd al-Chaabi -une coalition de paramilitaires irakiens pro-iraniens-, a provoqué la colère de Téhéran et fait craindre une conflagration régionale. Le corps du général Soleimani doit arriver à Téhéran samedi soir avant d'être transporté le lendemain dans la ville sainte chiite de Machhad pour une cérémonie qui se tiendra à côté du sanctuaire de l'Imam Reza, ont indiqué les Gardiens de la Révolution, dans un communiqué publié sur leur site dans la nuit de vendredi à samedi. "Une cérémonie aura lieu ensuite à Téhéran lundi matin, puis le corps pur de ce soldat du Peuple et de la Nation sera enterré à Kerman mardi matin", a-t-il ajouté. Un large groupe d'étudiants a annoncé l'organisation samedi d'une veillée en hommage du général Soleimani à l'université de Téhéran. Ils se rendront également à l'aéroport Mehrabad de Téhéran pour l'arrivée de sa dépouille. Le général, mort à l'âge de 62 ans, était un homme clé du régime iranien et l'une des personnalités publiques les plus populaires du pays, où il était très suivi sur les réseaux sociaux. Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a rapidement promis une "sévère vengeance" et décrété trois jours de deuil national. Après avoir servi dans la guerre Iran-Irak de 1980-1988, Soleimani a rapidement gravi les échelons pour devenir finalement chef de la Force Qods des Gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures de la République islamique. Vendredi, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de Téhéran et d'autres villes d'Iran pour protester contre l'attaque américaine. Une dense foule d'Irakiens accompagnent samedi une procession funéraire pour Soleimani et Mouhandis à Bagdad. Leurs corpsseront ensuite acheminés à Kerbala et Najaf, deux villes saintes chiites plus au sud de la capitale irakienne. En Iran, l'ayatollah Khamenei et le président iranien Hassan Rouhani ont rendu des visites séparées à la famille de Soleimani vendredi pour lui présenter leurs condoléances. (Belga)