Besix Red, promoteur du projet, indique qu'il a respecté au maximum les recommandations découlant des ateliers urbains de co-construction organisés avec un panel de citoyens. Le nouveau complexe devrait ainsi abriter 20.000 mètres carrés de surfaces commerciales, 14.000 d'espaces publics (piétonniers, espaces verts et autres), 8.000 dédiés au co-working, 12.000 aux logements et 1.100 places de parking en sous-sol, sur trois niveaux. L'infrastructure serait par ailleurs scindée en quatre bâtiments "avec une véritable ouverture sur l'extérieure, notamment vers la rue de Fer", a insisté l'entreprise de construction. Les espaces publics et végétalisés seront principalement concentrés au coeur de l'îlot. Les esquisses des toits des bâtis laissent également présager d'une architecture en escaliers, inspirée de celle de la citadelle de Namur, avec là aussi une importante végétalisation. De quoi permettre d'implanter des terrasses et d'apercevoir le célèbre édifice namurois depuis le centre-ville, selon Besix Red. Le promoteur ajoute qu'il a l'intention de développer son projet dans une approche la plus durable possible. Récupération d'eau, panneaux solaires, mobilité douce, compostage et biodivesité sont ainsi quelques-uns des mots clés. La création d'un potager urbain en toiture est même évoquée. En réponse aux inquiétudes des citoyens, l'entreprise de construction promet aussi une architecture valorisante pour la façade nord du complexe, vers Bomel. Parallèlement, le plan prévoit l'élargissement de la rue Borgnet pour y implanter un trottoir plus volumineux et des arbres. L'avenue de la Gare devrait également être élargie pour le confort des piétons et son nombre de voiries limité à trois, dont deux dédiées aux transports publics. Ce projet de périmètre de remembrement urbain du quartier a été présenté à huis clos lundi soir aux conseillers communaux. Il le sera ensuite publiquement lors du conseil communal de septembre, avant d'être proposé au gouvernement wallon en février 2020. L'enquête publique devrait ensuite commencer en juin 2020 en vue de recevoir l'avis du conseil communal en juillet ou août 2020, puis d'être définitivement adopté en novembre 2020. La fin des travaux est espérée pour fin 2023. (Belga)