Entourés de l'ensemble des chefs de file des autres formations sur le point de constituer le futur gouvernement régional (Zakia Khattabi - Ecolo; Olivier Maingain -DéFI; Sven Gatz - Open Vld; et Pascal Smet; one.brussels), ceux-ci ont brossé les grandes lignes de l'accord intervenu au cours de la nuit précédente.

Celui-ci porte notamment sur les voies qui seront empruntées au cours des prochaines années par le futur gouvernement pour relever le défi de l'urgence sociale.

Le texte n'a pas été présenté dans son intégralité à la presse, dans l'attente des congrès de participation des partis. "Bruxelles est le premier niveau de pouvoir qui présente un accord de majorité. Nous nous sommes entendus très vite sur le constat de la nécessité de répondre à de nombreuses urgences parmi lesquelles celle du climat, et à un enjeu devant lequel les niveaux de pouvoir sont placés en Belgique, à savoir l'autonomie de gestion", a dit d'emblée Rudi Vervoort, exprimant, comme l'ensemble des chefs de file des négociateurs, sa satisfaction d'avoir pu aboutir.

Selon ceux qui l'ont négocié, l'accord met en exergue les voies qui seront empruntées au cours des prochaines années pour relever le défi de l'urgence sociale. Il s'agira entre autres de répondre aux aspirations de 15.000 ménages en attente d'un logement social, non seulement en construisant des habitations sociales, mais aussi d'autres à des tarifs abordables; de renforcer la concertation sociale autour d'une "stratégie 2030" en faveur de l'économie et l'emploi et des bruxellois; et de nouvelles mesures pour favoriser la création d'emplois "durables et de qualité".

Une confirmation: la garantie emploi jeune sera transformée en "garantie solution" (emploi et/ou formation) pour tous les demandeurs d'emplois. Les plus de 55 ans ne seront pas oubliés en matière de formation.

Au passage, la transition digitale sera aussi au centre des attentions, promettent les futurs partenaires.

D'après Rudi Vervoort, de nouveaux pôles emploi/formation verront le jour, dont un consacré à l'alimentation durable. Des "contrats de quartier social santé" impliquant les CPAS feront leur apparition.

Est également promis: un code bruxellois de lutte contre les discriminations.

Face au défi climatique qui s'amplifie, et à la suite de l'arrivée des Verts, les orientations prises par le gouvernement ne seront pas remises en cause, mais plutôt renforcées.

Au menu de la future équipe, la généralisation du principe de la limite de vitesse à 30km/h dans tous les quartiers, le 50 devenant l'exception de mise sur les grands axes. Des radars et moyens supplémentaires seront activés pour renforcer les contrôles, et la sécurité des usagers faibles.

La multimodalité à travers laquelle la voiture devient un mode accessoire sera stimulée. Un objectif de rénovation massive du bâti ancien et mal isolé, majoritaire à Bruxelles est annoncé. Le tout est destiné à servir l'objectif d'une ville "zéro carbone" à l'horizon 2050, conformément aux objectifs internationaux fixés.

Au passage, la transition digitale ne sera pas oubliée, promettent les futurs partenaires.

Le troisième axe principal de la déclaration porte sur l'amélioration du fonctionnement des institutions communales (renforcement de l'ancrage de la démocratie locale) et régionale, le renforcement de la participation citoyenne. Sur des thématiques générales, il y aura des conseils des ministres associant la société scivile.

"Nous continuerons de pratiquer des investissements stratégiques forts pour soutenir la capacité économique et ancrer les Bruxellois dans leur Région", a par ailleurs expliqué Rudi Vervoort.

Des états-généraux consacrés à l'organisation des communes, CPAS et zones de police seront organisés dès la rentrée.

Sont enfin dans le pipeline, le renforcement de l'ancrage de la démocratie locale, le décumul intégral, la diminution du nombre d'échevins et revalorisation du mandat local en s'inspirant des exemples de la Flandre et de la Wallonie.

La candidature de Bruxelles, capitale européenne de la culture en 2030 sera formalisée.

Entourés de l'ensemble des chefs de file des autres formations sur le point de constituer le futur gouvernement régional (Zakia Khattabi - Ecolo; Olivier Maingain -DéFI; Sven Gatz - Open Vld; et Pascal Smet; one.brussels), ceux-ci ont brossé les grandes lignes de l'accord intervenu au cours de la nuit précédente.Celui-ci porte notamment sur les voies qui seront empruntées au cours des prochaines années par le futur gouvernement pour relever le défi de l'urgence sociale. Le texte n'a pas été présenté dans son intégralité à la presse, dans l'attente des congrès de participation des partis. "Bruxelles est le premier niveau de pouvoir qui présente un accord de majorité. Nous nous sommes entendus très vite sur le constat de la nécessité de répondre à de nombreuses urgences parmi lesquelles celle du climat, et à un enjeu devant lequel les niveaux de pouvoir sont placés en Belgique, à savoir l'autonomie de gestion", a dit d'emblée Rudi Vervoort, exprimant, comme l'ensemble des chefs de file des négociateurs, sa satisfaction d'avoir pu aboutir. Selon ceux qui l'ont négocié, l'accord met en exergue les voies qui seront empruntées au cours des prochaines années pour relever le défi de l'urgence sociale. Il s'agira entre autres de répondre aux aspirations de 15.000 ménages en attente d'un logement social, non seulement en construisant des habitations sociales, mais aussi d'autres à des tarifs abordables; de renforcer la concertation sociale autour d'une "stratégie 2030" en faveur de l'économie et l'emploi et des bruxellois; et de nouvelles mesures pour favoriser la création d'emplois "durables et de qualité". Une confirmation: la garantie emploi jeune sera transformée en "garantie solution" (emploi et/ou formation) pour tous les demandeurs d'emplois. Les plus de 55 ans ne seront pas oubliés en matière de formation. Au passage, la transition digitale sera aussi au centre des attentions, promettent les futurs partenaires. D'après Rudi Vervoort, de nouveaux pôles emploi/formation verront le jour, dont un consacré à l'alimentation durable. Des "contrats de quartier social santé" impliquant les CPAS feront leur apparition. Est également promis: un code bruxellois de lutte contre les discriminations. Face au défi climatique qui s'amplifie, et à la suite de l'arrivée des Verts, les orientations prises par le gouvernement ne seront pas remises en cause, mais plutôt renforcées. Au menu de la future équipe, la généralisation du principe de la limite de vitesse à 30km/h dans tous les quartiers, le 50 devenant l'exception de mise sur les grands axes. Des radars et moyens supplémentaires seront activés pour renforcer les contrôles, et la sécurité des usagers faibles. La multimodalité à travers laquelle la voiture devient un mode accessoire sera stimulée. Un objectif de rénovation massive du bâti ancien et mal isolé, majoritaire à Bruxelles est annoncé. Le tout est destiné à servir l'objectif d'une ville "zéro carbone" à l'horizon 2050, conformément aux objectifs internationaux fixés. Au passage, la transition digitale ne sera pas oubliée, promettent les futurs partenaires. Le troisième axe principal de la déclaration porte sur l'amélioration du fonctionnement des institutions communales (renforcement de l'ancrage de la démocratie locale) et régionale, le renforcement de la participation citoyenne. Sur des thématiques générales, il y aura des conseils des ministres associant la société scivile. "Nous continuerons de pratiquer des investissements stratégiques forts pour soutenir la capacité économique et ancrer les Bruxellois dans leur Région", a par ailleurs expliqué Rudi Vervoort. Des états-généraux consacrés à l'organisation des communes, CPAS et zones de police seront organisés dès la rentrée. Sont enfin dans le pipeline, le renforcement de l'ancrage de la démocratie locale, le décumul intégral, la diminution du nombre d'échevins et revalorisation du mandat local en s'inspirant des exemples de la Flandre et de la Wallonie. La candidature de Bruxelles, capitale européenne de la culture en 2030 sera formalisée.