Il a été arrêté en vertu d'un mandat délivré par la Cour de magistrats de Westminster le 29 juin 2012 pour s'être soustrait à la justice. Le MPS avait le devoir d'exécuter le mandat et avait été invité à l'ambassade par l'ambassadeur, après le retrait de l'asile offert par le gouvernement équatorien, explique Scotland Yard. L'Equateur "a mis fin illégalement" à l'asile politique accordé à Julian Assange et l'ambassadeur a "invité" la police britannique dans l'enceinte diplomatique pour l'arrêter, a accusé de son côté le site d'information WikiLeaks dans des tweets. Julian Assange s'était réfugié à l'ambassade équatorienne depuis 2012 pour éviter d'être extradé en Suède, où il était accusé de viol présumé, un dossier depuis classé. Mais il restait sous le coup d'un mandat d'arrêt britannique pour violation des conditions de liberté surveillée dans cette affaire suédoise. Il craignait, en cas d'arrestation, d'être extradé aux Etats-Unis pour la publication en 2010 sur son site de milliers de documents confidentiels du département d'Etat américain et du Pentagone. (Belga)

Il a été arrêté en vertu d'un mandat délivré par la Cour de magistrats de Westminster le 29 juin 2012 pour s'être soustrait à la justice. Le MPS avait le devoir d'exécuter le mandat et avait été invité à l'ambassade par l'ambassadeur, après le retrait de l'asile offert par le gouvernement équatorien, explique Scotland Yard. L'Equateur "a mis fin illégalement" à l'asile politique accordé à Julian Assange et l'ambassadeur a "invité" la police britannique dans l'enceinte diplomatique pour l'arrêter, a accusé de son côté le site d'information WikiLeaks dans des tweets. Julian Assange s'était réfugié à l'ambassade équatorienne depuis 2012 pour éviter d'être extradé en Suède, où il était accusé de viol présumé, un dossier depuis classé. Mais il restait sous le coup d'un mandat d'arrêt britannique pour violation des conditions de liberté surveillée dans cette affaire suédoise. Il craignait, en cas d'arrestation, d'être extradé aux Etats-Unis pour la publication en 2010 sur son site de milliers de documents confidentiels du département d'Etat américain et du Pentagone. (Belga)