"Aujourd'hui plus que jamais, nous voulons faire passer notre message au monde: 'De la musique, pas des centres fermés'", a déclaré Mathieu Thonon, de la Coordination contre les Rafles, les Expulsions et pour la Régularisation (CRER), organisatrice du festival. "C'est vital, à un moment où l'Union européenne et la Turquie concluent des accords inhumains et immoraux sur le renvoi des réfugiés, mais aussi un moment où le camp à Calais a été brusquement démantelé et où les hotspots sur les îles grecques ne sont rien d'autre que des immenses camps de prisonniers. Rien qu'au camp Moria, à Lesbos, 3.000 réfugiés vivent dans des conditions épouvantables." Les festivaliers et manifestants réclament la fin des centres fermés et la régularisation des sans-papiers. Plusieurs parlementaires ont visité le centre 127 bis et Caricole et ont pris la parole. "C'est la première fois que je visitais un tel centre", a souligné Simone Susskind (PS). "J'ai été profondément choquée et attristée que des gens, qui sont pour certains depuis 15 ans en Belgique, vivent enfermés dans cette prison, alors qu'ils ne demandent rien d'autre que des papiers." Bai Kamara Jr, David Corleone, Chicon Ritmo et Les Fanfoireux se sont notamment produits samedi. (Belga)

"Aujourd'hui plus que jamais, nous voulons faire passer notre message au monde: 'De la musique, pas des centres fermés'", a déclaré Mathieu Thonon, de la Coordination contre les Rafles, les Expulsions et pour la Régularisation (CRER), organisatrice du festival. "C'est vital, à un moment où l'Union européenne et la Turquie concluent des accords inhumains et immoraux sur le renvoi des réfugiés, mais aussi un moment où le camp à Calais a été brusquement démantelé et où les hotspots sur les îles grecques ne sont rien d'autre que des immenses camps de prisonniers. Rien qu'au camp Moria, à Lesbos, 3.000 réfugiés vivent dans des conditions épouvantables." Les festivaliers et manifestants réclament la fin des centres fermés et la régularisation des sans-papiers. Plusieurs parlementaires ont visité le centre 127 bis et Caricole et ont pris la parole. "C'est la première fois que je visitais un tel centre", a souligné Simone Susskind (PS). "J'ai été profondément choquée et attristée que des gens, qui sont pour certains depuis 15 ans en Belgique, vivent enfermés dans cette prison, alors qu'ils ne demandent rien d'autre que des papiers." Bai Kamara Jr, David Corleone, Chicon Ritmo et Les Fanfoireux se sont notamment produits samedi. (Belga)