L'annonce a été faite en soirée lors de la cérémonie de clôture de ce festival réservé aux réalisateurs arabes et africains, qui marquait son 50e anniversaire et constitue un rendez-vous culturel phare en Tunisie. Fruit de six années de tournage, "Zaineb n'aime pas la neige" fait le récit du passage à l'adolescence d'une jeune tunisienne (Zaineb) qui, après le décès accidentel de son père, émigre avec sa mère au Québec. "J'avais envie de faire un projet sur la durée (...). J'ai filmé l'héroïne de neuf ans jusqu'à ses 15 ans, un âge très important", a expliqué Kaouther Ben Hania, 39 ans, durant la semaine de compétition. La réalisatrice a aussi tenu à rendre hommage au Canada, "pays qui a une longue tradition d'immigration". Kaouther Ben Hania, qui a fait ses études en Tunisie et en France, avait déjà été récompensée fin octobre au festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier (sud de la France). Son sacre "à domicile" témoigne de la créativité du cinéma tunisien, libéré des chaînes de la dictature depuis la révolution de 2011. (Belga)

L'annonce a été faite en soirée lors de la cérémonie de clôture de ce festival réservé aux réalisateurs arabes et africains, qui marquait son 50e anniversaire et constitue un rendez-vous culturel phare en Tunisie. Fruit de six années de tournage, "Zaineb n'aime pas la neige" fait le récit du passage à l'adolescence d'une jeune tunisienne (Zaineb) qui, après le décès accidentel de son père, émigre avec sa mère au Québec. "J'avais envie de faire un projet sur la durée (...). J'ai filmé l'héroïne de neuf ans jusqu'à ses 15 ans, un âge très important", a expliqué Kaouther Ben Hania, 39 ans, durant la semaine de compétition. La réalisatrice a aussi tenu à rendre hommage au Canada, "pays qui a une longue tradition d'immigration". Kaouther Ben Hania, qui a fait ses études en Tunisie et en France, avait déjà été récompensée fin octobre au festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier (sud de la France). Son sacre "à domicile" témoigne de la créativité du cinéma tunisien, libéré des chaînes de la dictature depuis la révolution de 2011. (Belga)