Selon ce rapport, plusieurs manquements ont permis à Salah et Brahim Abdeslam d'échapper à la surveillance dont ils auraient du faire l'objet.

Auditionnés par la police début 2015 car soupçonnés de vouloir se rendre en Syrie, les deux frères sont repartis libres sans être inculpés. Leur dossier, considéré comme urgent, est finalement classé sans suite le 21 avril 2015.

Les différents services de police se sont déclarés incapables de fournir les effectifs nécessaires pour assurer le suivi des deux suspects. La brigade antiterroriste s'insurge contre un rapport "exclusivement à charge".

Selon ce rapport, plusieurs manquements ont permis à Salah et Brahim Abdeslam d'échapper à la surveillance dont ils auraient du faire l'objet. Auditionnés par la police début 2015 car soupçonnés de vouloir se rendre en Syrie, les deux frères sont repartis libres sans être inculpés. Leur dossier, considéré comme urgent, est finalement classé sans suite le 21 avril 2015. Les différents services de police se sont déclarés incapables de fournir les effectifs nécessaires pour assurer le suivi des deux suspects. La brigade antiterroriste s'insurge contre un rapport "exclusivement à charge".