Le 23 janvier 2011, quelque 34.000 Belges (majoritairement jeunes) se sont rassemblés au centre de Bruxelles pour la manifestation Shame. Officiellement, il s'agissait d'une manifestation de protestation " contre l'impasse politique ". Elle avait un caractère belge indubitable.
...

Le 23 janvier 2011, quelque 34.000 Belges (majoritairement jeunes) se sont rassemblés au centre de Bruxelles pour la manifestation Shame. Officiellement, il s'agissait d'une manifestation de protestation " contre l'impasse politique ". Elle avait un caractère belge indubitable. La manifestation Shame a-t-elle été le dernier spasme d'une Belgique unie? Se pourrait-il qu'aujourd'hui que les unionistes se soient résignés à la victoire des forces séparatistes dans ce pays? Ces trois derniers mois, ils donnent l'impression d'avoir démissionné.Prenez la note de départ de Bart De Wever. Celle-ci stipule que la politique de la justice doit devenir une compétence flamande à part entière, dirigée par un ministre flamand de la Justice. Alors que la quasi-totalité des historiens flamands a torpillé le canon flamand et que les plans d'intégration ont été violemment critiqués, la proposition de scinder la Justice n'a guère fait de vagues. Si, au cours de la campagne, il y a eu des propositions prudentes pour transférer des domaines comme l'énergie et le climat à un seul ministre fédéral du climat, elles ont été complètement réduites au silence aujourd'hui. "C'est en effet devenu très calme", déclare Bart Maddens, politologue à la KU Leuven. "Même les chefs d'entreprise, qui ont soutenu Sign for my future avant les élections, ne parlent plus de refédéraliser. Selon Maddens, l'explication est évidente. "Avec les résultats des élections du 26 mai, il est évidemment difficile de nier que nous vivons dans deux démocraties. Dans ce contexte, il n'est pas facile de fédéraliser des compétences."Pourtant, cette impression est fausse, estime le politologue de la VUB Dave Sinardet, spécialiste du fédéralisme et du nationalisme. "Toutes les études révèlent que seule une minorité des électeurs du Vlaams Belang et de la N-VA votent pour ces partis en raison du communautaire. Quiconque conclut, d'après les résultats des élections, qu'il n'y a pas de soutien à la fédéralisation doit avouer qu'il a adopté le mode de pensée des partis nationalistes flamands." Selon Sinardet, la direction de la N-VA est également consciente qu'argumenter en faveur du confédéralisme ne permet pas de gagner les élections. "Par moments, la N-VA a mené une campagne presque pro Belgique. Jan Jambon s'est rendu en Belgique francophone pour annoncer qu'il allait devenir le Premier ministre de tous les Belges, 'd'Ostende à Arlon'. C'est différent d'Yves Leterme, qui a dit lors de sa campagne que les francophones sont intellectuellement incapables d'apprendre le néerlandais. (rires) Quiconque a vu Jambon pendant la campagne aurait pu penser que nous avions une circonscription fédérale en Belgique. Mais comme il n'y a pas de circonscription fédérale, on peut supposer que ce profilage s'adressait aussi largement à l'électorat flamand." Manifestement, la N-VA avait considéré qu'il était plus intéressant de véhiculer une image d'homme d'état plutôt que de brandir l'épée confédérale".Cela nous amène à un paradoxe remarquable. Bien que chaque étude révèle que tout au plus 10% de la population est séparatiste, le niveau fédéral est systématiquement affaibli depuis des décennies. Le contraste devient encore plus frappant quand on sait que le soutien à l'unitarisme est à peu près aussi grand, et que pour la refédéralisation, il est le plus grand.Comment expliquer ce paradoxe ? "Si vous leur demandez explicitement, beaucoup de Flamands disent qu'ils veulent garder la Belgique", dit Bart Maddens. "Mais ils n'en tiennent pas compte dans l'isoloir. Une petite minorité est séparatiste, et pourtant plus de 43% des Flamands ont voté pour la N-VA ou le Vlaams Belang lors des dernières élections. C'est surtout l'indifférence. Celui qui veut absolument que la Belgique continue d'exister ne vote pas pour la N-VA ou le Vlaams Belang."Cette apathie pourrait expliquer pourquoi les partis qui prônent le plus explicitement la refédéralisation ne jouent pas de rôle significatif. Belgische Unie-Union belge, le seul parti qui prône un retour à l'État unitaire, a obtenu 6.611 voix lors des dernières élections. Parmi les partis qui ont été élus au parlement, les propositions du PTB sont les plus favorables à la Belgique. Selon les marxistes, une "commission nationale indépendante" devrait être créée" pour faire le point sur les conséquences néfastes des réformes de l'État".En Flandre, Groen est le parti le plus favorable à plus de Belgique. Kristof Calvo est le représentant le plus marquant de cette nouvelle attitude belge. Dans F*ck de zijlijn (NDLT : F*ck à la ligne de touche), son livre de 2015, il prône le sous-titrage en français sur la VRT, l'enseignement en immersion pour tous et une circonscription fédérale, entre autres. De plus, Groen essaie de donner le bon exemple en renforçant les liens avec Ecolo. De cette façon, les deux partis ne forment qu'une fraction de la Chambre des représentants et vont bientôt déménager dans un siège commun. Néanmoins, il y a des tensions et les partis écologiques prennent parfois un chemin différent. Pour les francophones...La Belgique est-elle mieux défendue aujourd'hui par les partis francophones ? Cela reste à voir. Fait remarquable, les partis francophones, qui sont tous pro-belges, ne sont pas de véritables champions de la refédéralisation. "Ils ne s'engagent pas", dit Pierre Verjans, politologue à l'Université de Liège. "J'entends parfois des politiciens francophones dire dans les débats que ce serait une bonne idée de refédéraliser certains pouvoirs. Quand je leur demande comment ils entendent y parvenir, contre le rouleau compresseur du Mouvement flamand, il y a toujours de l'indignation et de l'hystérie, mais finalement personne n'a de réponse. C'est le problème en Belgique francophone : personne n'a de plan."Verjans attribue cette inertie à ce qu'il appelle "un manque total d'autonomie de pensée". "En Belgique francophone, on n'écrit pas son histoire", soupire-t-il. "Les partis francophones essaient de bouger le moins possible. Regardez la façon dont les francophones gèrent l'identité. Du côté francophone, le raisonnement n'est certainement pas de promouvoir l'identité, d'éviter qu'un sens croissant de l'identité ne soutienne les revendications flamingantes. En Wallonie, le mot 'Wallon' évoque une connotation similaire à celle de la Flandre : un ouvrier un peu sédentaire, paresseux, qui aime boire un verre. Le vieux cliché flamand du Wallon paresseux est devenu l'image de soi des Wallons."En Flandre, cette inertie est parfois considérée comme une stratégie pour contrer une régionalisation accrue. L'exemple classique sont les élections fédérales de 2007, où le cartel du CD&V et de la N-VA a obtenu un peu moins de 30% des voix, et la présidente du CDH, Joëlle Milquet, est entrée dans l'histoire comme Madame Non, " mais en fait, c'est le contraire ", dit Verjans. Les partis francophones sont tellement concentrés sur leur résistance aux exigences flamandes qu'ils ne sont pas en mesure de déterminer à l'avance sur quel point ils seraient prêts à céder. La force et le dynamisme des partis flamands les obligent encore et toujours à céder un peu à la fois. C'est grave à dire, mais il n'y a tout simplement pas de stratégie. Pour les partis francophones, une Belgique unie n'est pas une conviction, mais une tentative d'arrêter le changement."De plus, conclut Verjans, la refédéralisation est préjudiciable aux partis francophones. "Si vous transférez une compétence au gouvernement fédéral, vous transférez de facto le pouvoir de décision au peuple flamand. Parce qu'au niveau fédéral, les Flamands sont majoritaires et les Wallons perdent donc leur influence."Une bombe à fragmentation flamingante Les pro-belges sont moins bien organisés que leurs homologues flamingants. "Le Mouvement flamand est un énorme réseau d'organisations qui s'adressent facilement aux médias", explique Maddens. "Il y a un manque de cohésion parmi les pro-Belges." Non pas qu'il n'y ait pas d'organisations pro-belges. En plus d'être commentateur politique au quotidien Het Laatste Nieuws, Luc Van der Kelen est également conseiller politique auprès de BPlus, un groupe de pression qui s'oppose au séparatisme et lutte pour la préservation de l'État belge. Selon Van der Kelen, le point de vue de Maddens mérite d'être nuancé. "Avec BPlus, nous comptons près d'un millier de membres, et il y en a encore d'autres à venir. Nous ne sommes pas plus petits que, par exemple, le Mouvement populaire flamand."Selon Van der Kelen, le fait que BPlus n'ait pas souvent été mentionné dans les médias ces dernières années est principalement dû à l'actualité. "Ces cinq dernières années, le communautaire n'a pas été un sujet brûlant. Pendant la campagne, même De Wever en a à peine parlé. Il ne l'a remis à l'ordre du jour que deux jours après les élections, en partie pour masquer la perte de son parti. Dès que les gouvernements régionaux seront formés, le sujet de la 'réforme de l'État' redeviendra actuel."BPlus aidera-t-il à déterminer l'orientation de cette réforme de l'État? Non, dit Van der Kelen. "La prochaine réforme de l'État, qui aura lieu de toute façon, sera une réforme dans le sens souhaité par De Wever. Le membre de la Volksunie Frans Baert a dit un jour que la vitesse à laquelle "nous" allons n'a pas d'importance, à condition qu'elle aille dans "la bonne direction". Je pense qu'il continuera d'aller dans cette direction. Un certain nombre de pouvoirs - pensons au commerce extérieur ou à la défense - resteront fédéraux. Mais refédéraliser? Non, je n'y crois pas. BPlus ne changera pas cela non plus. Comme le groupe Paviag de Philippe Van Parijs et Paul De Grauwe, nous ne sommes qu'un groupe de pression. En fait, ce n'est rien de plus que de l'ergothérapie. Si vous voulez vraiment peser, vous devez participer aux élections."Donc, la politique partisane, et selon Van Der Kelen, c'est là que le bât blesse. "Il arrive parfois qu'un membre de l'Open VLD plaide en faveur de sa fédéralisation. Mais ils le font toujours avec prudence. Ce parti est devenu une annexe de la N-VA. C'est un parti lésé qui ne veut pas courir le risque de se profiler contre la N-VA."Depuis la chute de la Volksunie, les politiciens flamands se sont répandus dans les partis flamands comme une bombe fragmentée. Leur pouvoir n'a pas diminué au sein de ces partis. Cette division est la plus évidente dans l'Open VLD. Avec des personnalités comme Bart Tommelein, Sven Gatz, Vincent Van Quickenborne et Bart Somers, les héritiers de la Volksunie sont au sommet de l'échelle du parti. Bart Maddens fait également référence aux manifestes civiques très flamands de Guy Verhofstadt et au fait que le confédéralisme était encore au programme du parti libéral il y a vingt ans. En même temps, l'année dernière, le parti a approuvé un nouveau texte de principe, où la possibilité d'une refédéralisation était laissée ouverte. "Au CD&V aussi, le courant de fond a toujours été flamand", dit Maddens. Lorsqu'il s'agissait de la crise, les Flamands ont toujours gagné la confiance des Belges. Même dans le cas de Groen, le candidat président Björn Rzoska est sur une ligne "plus flamande" que Kristof Calvo.PopulismeLe fait qu'une équipe de recherche ne soit pas en mesure de raconter un puissant contre-récit est évident. Cependant, selon Dave Sinardet, une telle contre-récit ne peut pas être difficile à construire. "Les réformes successives de l'État ont rendu ce pays beaucoup trop compliqué. Des politiciens comme Peter De Roover aiment à dire qu'il y a trop de politiciens dans notre pays. En même temps, vous pouvez voir que son parti prévoit de scinder la police fédérale. Cela signifierait qu'il y aurait trois forces de police, avec trois ministres compétents. Je ne vois pas comment cela peut conduire à plus d'efficacité et à moins de politiciens. Si vous deviez verser un peu de sauce populiste sur de tels arguments, je pense qu'il serait facile de trouver une large majorité en leur faveur."Sinardet voit même l'antiséparatisme se réveiller tout doucement. "Vous pourriez aussi faire l'analyse que le 'non' fédéraliste s'est mis à retentir un peu plus fort au cours de cette décennie. Pendant longtemps, le débat sur la réforme de l'État et le transfert des pouvoirs a été à sens unique : les pouvoirs fédéraux devaient être plus scindés, point final. Ce n'est que ces dernières années que le thème de la réfédéralisation a lentement fait son entrée dans le débat."Objections pratiques En théorie, rien ne s'oppose à une refédéralisation. La procédure pour ramener les domaines politiques au niveau fédéral est la même que pour la régionalisation. Des pouvoirs tels que l'éducation sont attribués aux communautés dans la Constitution et ne peuvent donc être transférés à un autre niveau qu'en modifiant la Constitution. "De plus, cela n'est possible que si l'article constitutionnel a été déclaré susceptible d'être modifié au cours de la législature précédente", souligne Stefan Sottiaux (KU Leuven), spécialiste constitutionnel. Pour les pouvoirs qui ne sont pas inclus dans la Constitution, une majorité des deux tiers et une majorité dans chaque groupe linguistique sont requises. En pratique, il n'est certainement pas si évident de revenir au fédéralisme. Il est extrêmement difficile d'inverser une telle dynamique ", reconnaît Sottiaux. Dans les sciences sociales, il y a la dépendance du chemin : dès qu'un certain chemin a été emprunté, il est difficile de revenir sur ses pas. La Belgique ne s'étant régionalisée qu'au cours des dernières décennies, il n'est pas évident de faire le contraire aujourd'hui."Dave Sinardet voit une autre raison pour laquelle il est difficile de refédéraliser : "Ceux qui refédéralisent, coupent dans les postes politiques. Il est beaucoup plus facile de parvenir à un accord qui créera des ministres et des ministères supplémentaires."Van Parijs plaide en faveur d'un découplage entre les discussions institutionnelles et la politique partisane. "Laissons la N-VA et le PS former un gouvernement fédéral, et laissons les citoyens discuter de la manière dont nous pouvons apporter des changements fondamentaux à la Constitution", suggère-t-il. Cette discussion ne devrait pas être menée uniquement par les partis politiques. Dès qu'un parti entame une discussion, celle-ci devient une négociation et une interaction tactique, plutôt qu'une délibération. Le plus important est que les Flamands, les Wallons et les Bruxellois aient cette discussion ensemble et écoutent les arguments les uns des autres. Bart De Wever a raison lorsqu'il dit que ce pays est composé de deux démocraties. Il n'y a pratiquement plus de discussion nationale, surtout maintenant que de moins en moins de Flamands parlent encore français"."Tout le monde sait qu'à la fin du siècle, nous serons encore ensemble", dit Van Parijs. "Bart De Wever a longtemps supposé que les compétences fédérales iraient aux autorités régionales et européennes. Il est maintenant également clair pour lui que l'UE ne sera jamais en mesure de le faire. Nous devons donc commencer à réfléchir à des solutions permanentes. Nous ne devons plus considérer le confédéralisme comme un pas vers l'indépendance, mais comme une tentative d'améliorer le fonctionnement du pays."Interrogé par Knack, l'historien Lode Wils a récemment qualifié la fin de la Belgique de quasi inévitable. Mais cette fin sera-t-elle beaucoup plus proche si le Vlaams Belang et la N-VA réunis obtiennent la majorité lors des prochaines élections ? Luc Van der Kelen n'exclut pas que cela se produise, et il est convaincu que les deux parties gouverneront alors ensemble. "Mais je ne crois pas que cela signifie la fin de la Belgique. Même les dirigeants de la N-VA n'utilisent plus le mot séparatisme. Je m'attends à ce que, dans un avenir prévisible, seuls la politique étrangère, la défense et quelques autres éléments de justice et de sécurité soient gérés au niveau fédéral. C'est dans cette direction qu'elle s'oriente de toute façon, même si le Vlaams Belang et le N-VA n'obtiennent pas la majorité".