Ce directeur d'école s'est retrouvé au centre d'une enquête disciplinaire relative à la divulgation tardive d'informations sur la radicalisation d'un élève, Bilal Hadfi. Celui-ci s'est fait exploser lors des attentats commis à Paris le 13 novembre 2015, en actionnant sa ceinture d'explosifs aux abords du Stade de France. Chris Pijpen, qui a également été pointé du doigt pour des contacts avec des médias au sujet du dossier, a toujours contesté les faits qui lui étaient reprochés. En décembre dernier, le conseil communal de la Ville de Bruxelles avait toutefois décidé de licencier le directeur, qui avait été préalablement suspendu préventivement et avait écopé également d'un blâme. Un licenciement qui a donc été annulé en appel de la décision. Ce qui ne veut pas dire que l'homme sera de retour lundi matin à l'Institut Anneessens-Fonck. Chris Pijpen a en effet été nommé temporairement au poste de directeur de l'athénée royal technique (KTA) de Jette. (Belga)

Ce directeur d'école s'est retrouvé au centre d'une enquête disciplinaire relative à la divulgation tardive d'informations sur la radicalisation d'un élève, Bilal Hadfi. Celui-ci s'est fait exploser lors des attentats commis à Paris le 13 novembre 2015, en actionnant sa ceinture d'explosifs aux abords du Stade de France. Chris Pijpen, qui a également été pointé du doigt pour des contacts avec des médias au sujet du dossier, a toujours contesté les faits qui lui étaient reprochés. En décembre dernier, le conseil communal de la Ville de Bruxelles avait toutefois décidé de licencier le directeur, qui avait été préalablement suspendu préventivement et avait écopé également d'un blâme. Un licenciement qui a donc été annulé en appel de la décision. Ce qui ne veut pas dire que l'homme sera de retour lundi matin à l'Institut Anneessens-Fonck. Chris Pijpen a en effet été nommé temporairement au poste de directeur de l'athénée royal technique (KTA) de Jette. (Belga)