En dix années d'existence, c'est la première fois que le réseau né au siège des Nations unies et qui compte désormais 162 dessinateurs de 58 pays s'adonne à l'exercice d'état des lieux. Un constat peu reluisant mais essentiel car les dessinateurs sont "les témoins uniques de l'actualité et de véritables baromètres de la liberté d'expression", rappelle Cartooning for Peace. "Ils encourent des menaces qui nous renseignent sur l'état de la démocratie dans les périodes d'insécurité et de troubles", et actuellement "dans un contexte d'aggravation des atteintes à la liberté d'expression". Parmi les principaux points noirs, le réseau pointe les situations en Equateur, au Venezuela, au Kenya, en Inde, en Malaisie, mais aussi bien plus proche en Turquie, Egypte, Russie ou encore Jordanie. (Belga)

En dix années d'existence, c'est la première fois que le réseau né au siège des Nations unies et qui compte désormais 162 dessinateurs de 58 pays s'adonne à l'exercice d'état des lieux. Un constat peu reluisant mais essentiel car les dessinateurs sont "les témoins uniques de l'actualité et de véritables baromètres de la liberté d'expression", rappelle Cartooning for Peace. "Ils encourent des menaces qui nous renseignent sur l'état de la démocratie dans les périodes d'insécurité et de troubles", et actuellement "dans un contexte d'aggravation des atteintes à la liberté d'expression". Parmi les principaux points noirs, le réseau pointe les situations en Equateur, au Venezuela, au Kenya, en Inde, en Malaisie, mais aussi bien plus proche en Turquie, Egypte, Russie ou encore Jordanie. (Belga)