Selon le journal, dans ses conclusions versées dans un rapport du 12 juillet, l'administration estime que le député n'a pas fauté au regard du code de la démocratie locale mais s'interroge sur un potentiel volet pénal de l'affaire, pour de possibles prises illégales d'intérêt. La ministre des Pouvoirs locaux Valérie De Bue a transmis ce rapport à la voie judiciaire. Le bâtonnier du Luxembourg, Me Vincent Ghislain, doit désormais décider de la suite à donner à cette affaire: il peut l'instruire lui-même ou saisir les autorités judiciaires. Dans un communiqué transmis à l'agence Belga, Robert De Baerdemaeker évoque les "attaques répétées" dont Dimitri Fourny fait l'objet "depuis plusieurs jours" et dénonce un débat qui prend des allures de "chasse à l'homme indigne". Le bâtonnier souligne qu'"aucune faute" ne peut être reprochée à Dimitri Fourny au regard du code de la démocratie locale. "Il n'existe rien de répréhensible puisqu'il a été confirmé qu'il n'y a aucun conflit d'intérêts ni le moindre questionnement au niveau administratif", ajoute-t-il. "S'il n'y a pas de reproche au niveau administratif, il y en a encore moins au niveau pénal." (Belga)

Selon le journal, dans ses conclusions versées dans un rapport du 12 juillet, l'administration estime que le député n'a pas fauté au regard du code de la démocratie locale mais s'interroge sur un potentiel volet pénal de l'affaire, pour de possibles prises illégales d'intérêt. La ministre des Pouvoirs locaux Valérie De Bue a transmis ce rapport à la voie judiciaire. Le bâtonnier du Luxembourg, Me Vincent Ghislain, doit désormais décider de la suite à donner à cette affaire: il peut l'instruire lui-même ou saisir les autorités judiciaires. Dans un communiqué transmis à l'agence Belga, Robert De Baerdemaeker évoque les "attaques répétées" dont Dimitri Fourny fait l'objet "depuis plusieurs jours" et dénonce un débat qui prend des allures de "chasse à l'homme indigne". Le bâtonnier souligne qu'"aucune faute" ne peut être reprochée à Dimitri Fourny au regard du code de la démocratie locale. "Il n'existe rien de répréhensible puisqu'il a été confirmé qu'il n'y a aucun conflit d'intérêts ni le moindre questionnement au niveau administratif", ajoute-t-il. "S'il n'y a pas de reproche au niveau administratif, il y en a encore moins au niveau pénal." (Belga)