"Le vote du New Hampshire la nuit dernière n'a pas suffi à créer l'élan nécessaire pour poursuivre notre campagne et nous lancer dans le prochain scrutin (des primaires). J'ai donc décidé de suspendre ma campagne, avec effet immédiat", a déclaré Deval Patrick dans un communiqué. Proche de Barack Obama, M. Patrick, a été l'un des premiers gouverneurs noirs des Etats-Unis, élu en 2006 dans l'Etat américain du Massachusetts. Avec son retrait, la course à l'investiture démocrate, qui avait commencé avec une forte diversité, ne compte plus aucun candidat noir ou hispanique. Âgé de 63 ans et positionné sur un créneau centriste, Deval Patrick n'a obtenu que 0,4% des suffrages exprimés lors du scrutin du New Hampshire mardi soir. Même s'il s'est lancé tard dans la campagne présidentielle, en novembre, M. Patrick s'est défendu en expliquant qu'il était entré dans la course "des mois avant que quiconque n'ait voté". "Nous ne pouvons pas rater ce moment - car l'échec signifierait perdre beaucoup plus que juste l'élection de novembre. Aujourd'hui nous suspendons notre campagne mais nous n'abandonnons pas le combat", a-t-il ajouté dans un tweet. (Belga)

"Le vote du New Hampshire la nuit dernière n'a pas suffi à créer l'élan nécessaire pour poursuivre notre campagne et nous lancer dans le prochain scrutin (des primaires). J'ai donc décidé de suspendre ma campagne, avec effet immédiat", a déclaré Deval Patrick dans un communiqué. Proche de Barack Obama, M. Patrick, a été l'un des premiers gouverneurs noirs des Etats-Unis, élu en 2006 dans l'Etat américain du Massachusetts. Avec son retrait, la course à l'investiture démocrate, qui avait commencé avec une forte diversité, ne compte plus aucun candidat noir ou hispanique. Âgé de 63 ans et positionné sur un créneau centriste, Deval Patrick n'a obtenu que 0,4% des suffrages exprimés lors du scrutin du New Hampshire mardi soir. Même s'il s'est lancé tard dans la campagne présidentielle, en novembre, M. Patrick s'est défendu en expliquant qu'il était entré dans la course "des mois avant que quiconque n'ait voté". "Nous ne pouvons pas rater ce moment - car l'échec signifierait perdre beaucoup plus que juste l'élection de novembre. Aujourd'hui nous suspendons notre campagne mais nous n'abandonnons pas le combat", a-t-il ajouté dans un tweet. (Belga)