Le cyclone a frappé des stations balnéaires et îles très prisées par les touristes le long de la côte est de l'Australie, dans l'Etat du Queensland. Le maire du conseil de la région Whitsunday, bordant la Grande barrière de corail, Andrew Willcox, a décrit notamment la ville de Bowen comme "une zone de guerre". "Cette magnifique ville côtière est à moitié ravagée mais nous allons la reconstruire", a-t-il dit à la télévision Channel Nine. Les chaînes télévisées australiennes diffusaient en boucle mercredi des images de désolation après le passage du cyclone, entre routes inondées sous un ciel plombé, palmiers pliant sous le vent, toitures arrachées et yachts éventrés. Les vents violents, soufflant jusqu'à 260 km/h, n'ont à ce stade pas fait de mort. Seul un homme a été blessé mardi dans l'effondrement d'un mur. Toutefois jusqu'à 63.000 foyers étaient toujours privés d'électricité mercredi, et la ville de Mackay est confrontée à des problèmes d'accès à l'eau potable. Plusieurs axes restent inaccessibles aux alentours des villes principales du nord de l'Etat dont Bowen, Airlie Beach et Proserpine où se situe un aéroport régional. Pour venir en aide aux régions sinistrées, des centaines de tonnes de matériel de secours et d'équipement spécialisés sont acheminées par la Défense depuis des régions épargnées plus au sud. Le gouvernement de l'Etat voisin de Nouvelle Galle du Sud a également mis ses services d'urgence à disposition. Après avoir été victimes des rafales de vent et pluies diluviennes, les habitants et autorités entament les pénibles travaux de déblaiement et commencent à évaluer les dégâts. L'association des commerçants australiens prévoit déjà une augmentation de certaines denrées dans les prochains mois après la destruction de cultures, notamment de canne à sucre, ou encore de tomates, potirons, maïs. "Nous allons voir des pénuries dans les semaines à venir et dans certains cas les détaillants devront se tourner vers des produits étrangers", avance Russell Zimmerman, le directeur de l'association, cité par la chaîne ABC. Le cyclone Debbie a été rétrogradé en dépression tropicale mais le Bureau australien de la météorologie n'exclut pas d'autres bourrasques violentes et pluies intenses pouvant provoquer des "crues soudaines" (flash flood, ndlr). La catastrophe qui frappe le nord du pays a toutefois donné lieu à un heureux évènement: Billiana a vu le jour la nuit du cyclone à l'hôpital à Cannonvale, près d'Airlie Beach. La mère et sa petite fille sont "sèches et sauves" a communiqué le service d'ambulance du Queensland. (Belga)

Le cyclone a frappé des stations balnéaires et îles très prisées par les touristes le long de la côte est de l'Australie, dans l'Etat du Queensland. Le maire du conseil de la région Whitsunday, bordant la Grande barrière de corail, Andrew Willcox, a décrit notamment la ville de Bowen comme "une zone de guerre". "Cette magnifique ville côtière est à moitié ravagée mais nous allons la reconstruire", a-t-il dit à la télévision Channel Nine. Les chaînes télévisées australiennes diffusaient en boucle mercredi des images de désolation après le passage du cyclone, entre routes inondées sous un ciel plombé, palmiers pliant sous le vent, toitures arrachées et yachts éventrés. Les vents violents, soufflant jusqu'à 260 km/h, n'ont à ce stade pas fait de mort. Seul un homme a été blessé mardi dans l'effondrement d'un mur. Toutefois jusqu'à 63.000 foyers étaient toujours privés d'électricité mercredi, et la ville de Mackay est confrontée à des problèmes d'accès à l'eau potable. Plusieurs axes restent inaccessibles aux alentours des villes principales du nord de l'Etat dont Bowen, Airlie Beach et Proserpine où se situe un aéroport régional. Pour venir en aide aux régions sinistrées, des centaines de tonnes de matériel de secours et d'équipement spécialisés sont acheminées par la Défense depuis des régions épargnées plus au sud. Le gouvernement de l'Etat voisin de Nouvelle Galle du Sud a également mis ses services d'urgence à disposition. Après avoir été victimes des rafales de vent et pluies diluviennes, les habitants et autorités entament les pénibles travaux de déblaiement et commencent à évaluer les dégâts. L'association des commerçants australiens prévoit déjà une augmentation de certaines denrées dans les prochains mois après la destruction de cultures, notamment de canne à sucre, ou encore de tomates, potirons, maïs. "Nous allons voir des pénuries dans les semaines à venir et dans certains cas les détaillants devront se tourner vers des produits étrangers", avance Russell Zimmerman, le directeur de l'association, cité par la chaîne ABC. Le cyclone Debbie a été rétrogradé en dépression tropicale mais le Bureau australien de la météorologie n'exclut pas d'autres bourrasques violentes et pluies intenses pouvant provoquer des "crues soudaines" (flash flood, ndlr). La catastrophe qui frappe le nord du pays a toutefois donné lieu à un heureux évènement: Billiana a vu le jour la nuit du cyclone à l'hôpital à Cannonvale, près d'Airlie Beach. La mère et sa petite fille sont "sèches et sauves" a communiqué le service d'ambulance du Queensland. (Belga)