Le cyclone a provoqué de fortes pluies et des vents allant jusqu'à 120 km/h en touchant terre samedi soir dans les Sundarbans, la plus grande forêt de mangroves au monde située entre l'Inde et Bangladesh, sur le littoral de la baie du Bengale. Les aéroports et les ports ont été fermés. Les premières victimes ont été enregistrées avant que le cyclone ne gagne toute sa puissance. Une personne a été tuée par la chute d'un arbre déraciné à Kolkata, une autre par la chute d'un mur dans l'Etat voisin d'Odisha, ont indiqué les autorités. Au Bangladesh, la tempête tropicale a causé la mort d'une personne après qu'un arbre est tombé sur sa maison. Plus de 100.000 personnes ont été évacuées de la côte indienne, tandis que le gouvernement du Bangladesh en a annoncé l'évacuation de 400.000. La tempête s'est déplacée vers le nord-est et et devrait s'affaiblir pour devenir une "profonde dépression" lorsqu'elle touchera la côte du Bangladesh d'ici dimanche midi, avec des vitesses allant jusqu'à 60 km/h, a indiqué le département météorologique indien. Des équipes de secours et de secours ont été envoyées dimanche dans les zones indiennes touchées pour évaluer les dégâts. En raison des forts vents, des centaines d'arbres et de des pylônes électriques y ont en effet été déracinés et des maisons ont été endommagées. Au Bangladesh, de nombreuses cultures, notamment de riz et de légumes, ont également été dévastées le long de la côte. Les Sundarbans semblent par contre avoir été relativement épargnées: quelques toits en tôle s'y sont envolés et plusieurs arbres ont été déracinés dans cette forêt de mangrove de 140.000 hectares partagée avec l'Inde, qui fait partie du patrimoine mondial de l'Unesco et qui abrite de nombreuses espèces rares, dont le tigre du Bengale. Les cyclones se forment souvent au-dessus du golfe du Bengale d'avril à novembre, entraînant des destructions généralisées dans les régions côtières en Inde et Bangladesh. (Belga)