Willy De Bruyn (1914-1989) est né "intersexe", c'est à dire avec des caractéristiques biologiques et génétiques ne correspondant pas aux définitions distinctes d'homme ou de femme. L'enfant a été prénommé Elvira par ses parents et inscrit au registre en tant que fille. A l'âge de 15 ans, celle-ci a participé pour la première fois à une course cycliste pour filles, qu'elle a remportée avec sept minutes d'avance, avant de devenir championne du monde de cyclisme féminin en 1934 et 1936. Dès 1936, Elvira s'est davantage intéressée à son identité, et fût ensuite reconnue en tant qu'homme le 24 mars 1937 après un changement de nom. Par la suite, Willy et son épouse ont tenu de nombreuses années le café Denderleeuw, dans le quartier nord de Bruxelles. "L'espace public est le reflet de notre histoire collective. Nous dédions des noms de rue en hommage à celles et ceux qui ont marqué la société", a déclaré l'échevine de l'urbanisme Ans Persoons (Change.Brussels). "Willy De Bruyn, et son combat pour la reconnaissance des personnes transgenres, fait partie de ceux dont l'histoire doit être racontée. Il s'agit également d'une manière de soutenir la lutte contre les discriminations." (Belga)

Willy De Bruyn (1914-1989) est né "intersexe", c'est à dire avec des caractéristiques biologiques et génétiques ne correspondant pas aux définitions distinctes d'homme ou de femme. L'enfant a été prénommé Elvira par ses parents et inscrit au registre en tant que fille. A l'âge de 15 ans, celle-ci a participé pour la première fois à une course cycliste pour filles, qu'elle a remportée avec sept minutes d'avance, avant de devenir championne du monde de cyclisme féminin en 1934 et 1936. Dès 1936, Elvira s'est davantage intéressée à son identité, et fût ensuite reconnue en tant qu'homme le 24 mars 1937 après un changement de nom. Par la suite, Willy et son épouse ont tenu de nombreuses années le café Denderleeuw, dans le quartier nord de Bruxelles. "L'espace public est le reflet de notre histoire collective. Nous dédions des noms de rue en hommage à celles et ceux qui ont marqué la société", a déclaré l'échevine de l'urbanisme Ans Persoons (Change.Brussels). "Willy De Bruyn, et son combat pour la reconnaissance des personnes transgenres, fait partie de ceux dont l'histoire doit être racontée. Il s'agit également d'une manière de soutenir la lutte contre les discriminations." (Belga)