Ce dernier a reçu, en janvier dernier, une demande d'avis du ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) sur la stratégie vaccinale contre la grippe saisonnière pour la période 2021-2022, compte tenu du contexte sanitaire général. Dans son avis, le Conseil a distingué trois catégories de personnes à vacciner en priorité. La catégorie A est la grande prioritaire et doit de préférence être vaccinée à partir de la mi-octobre. Dans cette catégorie, il y a trois groupes. Le groupe 1 est composé de personnes présentant un risque de complications. Il s'agit de toutes les personnes de 65 ans et plus et de tous les patients âgés de 6 mois et plus qui souffrent d'une affection chronique sous-jacente d'origine pulmonaire (incluant l'asthme sévère), cardiaque (excepté l'hypertension), hépatique, rénale, de troubles métaboliques (y compris le diabète) ou immunitaires. Sont également inclus les enfants de 6 mois à 18 ans sous thérapie à l'aspirine au long cours, toutes les personnes vivant en institution et les femmes enceintes, quel que soit le stade de la gestation. Le groupe 2 comprend les travailleurs du secteur de la santé, dans et hors institutions de soins. Quant au groupe 3, il intègre les personnes vivant sous le même toit que les individus à haut risque du groupe 1 et les enfants de moins de 6 mois. Viennent ensuite les personnes de la catégorie B qui doivent être vaccinées après celles de la catégorie A, en fonction de la mise à disposition du vaccin. Selon le CSS, il est logique de vacciner toutes les personnes âgées de 50 à 64 ans (compris), même si elles ne souffrent pas d'une pathologie à risque. Outre le risque accru de les voir développer des complications en cas de grippe en raison de leur âge, il existe en effet une chance sur trois qu'elles présentent au moins un facteur augmentant le risque de complications. Ce risque est d'autant plus présent chez les fumeurs, les buveurs excessifs et les personnes obèses. Enfin, la catégorie C reprend le reste de la population générale, cette frange qui souhaite être vaccinée pour des raisons personnelles. Cependant les données ne montrent pas que la vaccination systématique des adultes en bonne santé entre 18 et 65 ans a un impact sur le nombre de consultations médicales, de jours de maladie, de prescriptions d'antibiotiques et d'hospitalisations. Par conséquent, le CSS ne recommande pas la vaccination systématique des 18-65 ans. L'organe d'avis note également que les cas de grippe dans le monde ont été très faibles voire inexistants durant la saison 2020-2021. "Ceci pose question quant à l'immunité de la population pour contrer la phase grippale de la saison 2021-2022. En effet, l'absence d'immunité naturelle acquise récente pourrait augmenter le risque de transmission du virus de la grippe, notamment par les enfants/jeunes adultes vis-à-vis des personnes plus à risque", peut-on lire dans le rapport. Le CSS recommande de vacciner contre la grippe à partir de la mi-octobre, sachant que le vaccin offre une protection dans un délai de 10 à 15 jours après l'injection. (Belga)

Ce dernier a reçu, en janvier dernier, une demande d'avis du ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) sur la stratégie vaccinale contre la grippe saisonnière pour la période 2021-2022, compte tenu du contexte sanitaire général. Dans son avis, le Conseil a distingué trois catégories de personnes à vacciner en priorité. La catégorie A est la grande prioritaire et doit de préférence être vaccinée à partir de la mi-octobre. Dans cette catégorie, il y a trois groupes. Le groupe 1 est composé de personnes présentant un risque de complications. Il s'agit de toutes les personnes de 65 ans et plus et de tous les patients âgés de 6 mois et plus qui souffrent d'une affection chronique sous-jacente d'origine pulmonaire (incluant l'asthme sévère), cardiaque (excepté l'hypertension), hépatique, rénale, de troubles métaboliques (y compris le diabète) ou immunitaires. Sont également inclus les enfants de 6 mois à 18 ans sous thérapie à l'aspirine au long cours, toutes les personnes vivant en institution et les femmes enceintes, quel que soit le stade de la gestation. Le groupe 2 comprend les travailleurs du secteur de la santé, dans et hors institutions de soins. Quant au groupe 3, il intègre les personnes vivant sous le même toit que les individus à haut risque du groupe 1 et les enfants de moins de 6 mois. Viennent ensuite les personnes de la catégorie B qui doivent être vaccinées après celles de la catégorie A, en fonction de la mise à disposition du vaccin. Selon le CSS, il est logique de vacciner toutes les personnes âgées de 50 à 64 ans (compris), même si elles ne souffrent pas d'une pathologie à risque. Outre le risque accru de les voir développer des complications en cas de grippe en raison de leur âge, il existe en effet une chance sur trois qu'elles présentent au moins un facteur augmentant le risque de complications. Ce risque est d'autant plus présent chez les fumeurs, les buveurs excessifs et les personnes obèses. Enfin, la catégorie C reprend le reste de la population générale, cette frange qui souhaite être vaccinée pour des raisons personnelles. Cependant les données ne montrent pas que la vaccination systématique des adultes en bonne santé entre 18 et 65 ans a un impact sur le nombre de consultations médicales, de jours de maladie, de prescriptions d'antibiotiques et d'hospitalisations. Par conséquent, le CSS ne recommande pas la vaccination systématique des 18-65 ans. L'organe d'avis note également que les cas de grippe dans le monde ont été très faibles voire inexistants durant la saison 2020-2021. "Ceci pose question quant à l'immunité de la population pour contrer la phase grippale de la saison 2021-2022. En effet, l'absence d'immunité naturelle acquise récente pourrait augmenter le risque de transmission du virus de la grippe, notamment par les enfants/jeunes adultes vis-à-vis des personnes plus à risque", peut-on lire dans le rapport. Le CSS recommande de vacciner contre la grippe à partir de la mi-octobre, sachant que le vaccin offre une protection dans un délai de 10 à 15 jours après l'injection. (Belga)