Le vaccin AstraZeneca n'est pour l'instant pas autorisé pour les plus de 55 ans, une décision prise voici quelques semaines en raison du manque de données sur l'efficacité du produit sur la population plus âgée. Depuis, les résultats des campagnes de vaccination au Royaume-Uni et en Israël ont cependant démontré que le vaccin protège bien les plus de 55 ans. Le CSS préconise aussi d'attendre davantage entre les deux injections des vaccins de Pfizer et Moderna. Pour l'instant, trois semaines doivent s'écouler entre les deux doses pour le vaccin de Pfizer et quatre semaines pour celui de Moderna. Les résultats d'autres pays montrent cependant qu'un intervalle plus long, par exemple de six semaines, est tout aussi efficace. Allonger le temps entre deux injections éviterait d'être obligé de conserver autant de stocks de vaccins. Jusqu'à présent, des réserves sont constituées pour s'assurer que toute personne recevant une première injection pourra se voir administrer une deuxième dose. Il s'agit d'anticiper d'éventuels problèmes de livraison. Pour le vaccin AstraZeneca, aucun stock n'est constitué car trois mois doivent s'écouler entre les deux injections. L'avis du CSS a été envoyé aux ministres de la Santé, qui doivent se réunir mardi soir ou mercredi matin. Une décision est attendue dans la foulée. (Belga)

Le vaccin AstraZeneca n'est pour l'instant pas autorisé pour les plus de 55 ans, une décision prise voici quelques semaines en raison du manque de données sur l'efficacité du produit sur la population plus âgée. Depuis, les résultats des campagnes de vaccination au Royaume-Uni et en Israël ont cependant démontré que le vaccin protège bien les plus de 55 ans. Le CSS préconise aussi d'attendre davantage entre les deux injections des vaccins de Pfizer et Moderna. Pour l'instant, trois semaines doivent s'écouler entre les deux doses pour le vaccin de Pfizer et quatre semaines pour celui de Moderna. Les résultats d'autres pays montrent cependant qu'un intervalle plus long, par exemple de six semaines, est tout aussi efficace. Allonger le temps entre deux injections éviterait d'être obligé de conserver autant de stocks de vaccins. Jusqu'à présent, des réserves sont constituées pour s'assurer que toute personne recevant une première injection pourra se voir administrer une deuxième dose. Il s'agit d'anticiper d'éventuels problèmes de livraison. Pour le vaccin AstraZeneca, aucun stock n'est constitué car trois mois doivent s'écouler entre les deux injections. L'avis du CSS a été envoyé aux ministres de la Santé, qui doivent se réunir mardi soir ou mercredi matin. Une décision est attendue dans la foulée. (Belga)