Dans les trois-quarts des cas, il s'agit de graffitis. L'an dernier, 3,6 millions d'euros ont été nécessaires pour le nettoyage de ces graffitis. D'autres formes de vandalisme comme des vitres brisées, des bris de tablettes ou encore l'utilisation d'un extincteur auront coûté, l'an dernier, environ 1,3 million d'euros à la SNCB. (Belga)

Dans les trois-quarts des cas, il s'agit de graffitis. L'an dernier, 3,6 millions d'euros ont été nécessaires pour le nettoyage de ces graffitis. D'autres formes de vandalisme comme des vitres brisées, des bris de tablettes ou encore l'utilisation d'un extincteur auront coûté, l'an dernier, environ 1,3 million d'euros à la SNCB. (Belga)